Accueil

Site officiel de Michel Marc Bouchard. Official website of Michel Marc Bouchard.

Dramaturge/Playwright
Scénariste/Sreenwriter
Directeur artistique d'expositions thématiques/Curator
Livres/Books

Contactez / to contact Michel Marc Bouchard
Contactez / to contact Agents de Michel Marc Bouchard/Agency of Michel Marc Bouchard

website di Michel Marc Bouchard, autore di teatro, di cinema e curatore di mostre./sitio de Internet de Michel Marc Bouchard, autor de teatro, escenarista y curador de exposiciones.
/ Offizieller website von Michel Marc Bouchard, Dramaturg, expositons Drehbuchautor und künstlerischer Direktor von thematisch!

Michel Marc Bouchard, O.C.,C.Q. a écrit plus de 25 pièces, toutes créées à la scène. Traduites en plusieurs langues et jouées régulièrement à travers le monde particulièrement en France, en Italie et au Japon, ses œuvres les plus connues sont Les Feluettes,Les Muses orphelines, L’Histoire de l'oie, Les Grandes Chaleurs, Le Voyage du Couronnement, Le Chemin des passes-dangereuses, Sous le regard des mouches, Les Manuscrits du déluge, Le Peintre des madonnes, Des Yeux de verre, Tom à la ferme et Christine, la reine-garçon.

© Julie Perreault
Photographie officielle de Michel Marc Bouchard. Mention obligatoire de la photographe Julie Perrault.

(suite du curriculum vitae au bas de cette page.)


Création de CHRISTINA, THE GRIL KING, version anglaise de CHRISTINE, LA REINE GARÇON, dans une traduction de Linda Gaboriau au prestigieux Stratford Festival à compter du 29 juillet 2014.

Directed by Vanessa Porteus with Jenny Young and Graham Abbey. See all the cast About the Play
Enigmatic, flamboyant and unpredictable, with a passion for philosophy and the arts, Sweden’s Queen Christina seeks to make her country the most sophisticated in Europe. But her personal aspirations – and her unconventional sexuality – put her profoundly at odds with her culture’s expectations of her, both as a monarch and as a woman.

Jenny Young (Christina) and Claire Lautier (Ebba). © Photo: Cylla von Tiedemann


"impressive" - Toronto Star

"superb" - Toronto Star

"powerful" - Sun Media

"complex and rich" - Sun Media

"unhinged entertainment in Graham Abbey’s portrayal" - Globe and Mail

"Performances shine like jewels" - The Record

Le Festival de Stratford présente une traduction anglaise de Linda Gaboriau de « Christine, la reine-garçon » du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard. Cette production est sous la direction de Vanessa Porteous, la directrice artistique d’Alberta Theatre Projects.
Jenny Young (Christina)et Graham Abbey(Johan).© Photo: Cylla von Tiedemann



Cette histoire est à propos de la figure historique Christine de Suède qui est née dix ans après la mort de Shakespeare. En tant que dirigeante, elle était admirée, mais quand elle a refusé de se marier, elle a mis en branle une série d’événements qui a conduit à son abdication du trône. La pièce explore la décision de la jeune reine et si elle était folle ou simplement née dans le mauvais temps.

Jenny Young (Christina)et Patricia Collins (Maria Eleonora). © Photo: Cylla von Tiedemann


THE PLAY – ORDER THE BOOK

In 1649, Christina summoned René Descartes to her court in Uppsala to share with her the radical new ideas emerging from science and philosophy at the time – ideas that contradicted long-held, faith-based views about the world. Astronomer Johannes Kepler had recently proposed the elliptical trajectory of planets – including Earth – around the sun, and Descartes himself contended, despite condemnation from the Church, that individuals, not God, determined their own destiny. Descartes’s ideas about free will and reason appealed to Christina, who was struggling to reconcile tensions between her rational, thinking self and emotions she dared not name – including her love for a woman. Rather than bow to pressure to conform to the expectations of a nation that demanded she give it an heir, the twenty-six-year-old queen abdicated her throne to convert to Catholicism – rendering her ineligible to rule, according to Swedish law. Was this an act of madness? Or a bold gesture of autonomy by a modern woman born out of her time – one whom the seventeenth century simply could not contain?


Après une troisième saison à Avignon,LE CHEMIN DES PASSES DANGEREUSES est de retour à Paris en septembre 2014.

Dans une mise en scène de Claude Crétient Avec Willy Liechty, Franck Borde et Mikaël Alhawi.

« Huis-clos charnel poétique et violent. Si vous avez envie d'un spectacle poignant, touchant et poétique, cette création de Michel Marc Bouchard vous plaira. Trois frères. Le mariage du plus jeune. Un accident. Exactement là où leur père est mort il y a quinze ans. Coïncidence ? De superpositions de voix à de longs silences, cette pièce crée très rapidement une atmosphère étouffante, inquiétante. C'est sans compter les disputes incessantes qui règnent entre les trois frères. Que font-ils là ? De quoi parler puisqu'ils ne veulent pas parler de leur père ? Que lui est-il arrivé ? Le mystère contenu dans les dialogues tient en halène le spectateur durant une heure. Un texte merveilleusement bien interprété par les trois acteurs. On regrette cependant une absence totale de décors, très vite oubliée grâce au jeu de lumière et sonore qui rythme la pièce. Un moment fort, dont on ressort touché. » Marie Argemi, LA PROVENCE, 11 juillet 2013


TOM EN LA GRANJA (version mexicaine de Tom à la ferme), en reprise pour une troisième année au TEATRO Mlano de Mexico en septembre et octobre 2014.

Traduction et mise en scène de Boris Schoemann avec Veronica Langer, Leonardo Ortizgris, Pedro de Tavira Egurrola et Alaciel Molas.

"Una obra sobre la mentira como forma de amar, trepidante, audaz, con humor negro. Actuaciones bien logradas, bajo la batuta de un director que gusta de la violencia como manifestación poética. Guión que gira entorno a un tema sin llevar al espectador al aburrimiento. Reflexiva, irónica, burlona..." Alejandro Maciel, Revista Milmesetas, 17 avril 2012.

"En la actualidad, a pesar de una aceptación creciente que incluye en varias partes del mundo las bodas de parejas del mismo sexo, la homofobia azuzada por varias religiones no ha desaparecido en mucha gente, por lo que Tom en la granja, aparte de sus virtudes teatrales, sigue siendo muy vigente." Olga Harmony, La Jornada, 19 avril 2012.

... Tom en la granja del dramaturgo canadiense Michel Marc Bouchard se presenta por primera vez en México en el Teatro Santa Catarina, un excelente montaje llevado a la escena por Boris Schoemann... , Roberto Sosa, INTERESCENA, 1er mai 2012.


Le CHEMIN DES PASSES DANGEREUSES en reprise en septembre à Guadalajara dans une production du Experimental de Jalisco au Estudio 323.

bajo la dirección de Luis Manuel Aguilar "Mosco", con Andrés David, Mauricio Cedeño y Gabriel Alvarez.
« … Sin embargo, al tener un sentido simbólico el hecho de mirar a los actores arriba de nosotros, por ser tan envolvente y fuera de lo común, tener una calidad de texto, actuaciones, escenografía a nivel plástico, diseño sonoro y lumínico tan bien diseñados y certeros en causarle sensaciones a la audiencia, no cuesta ningún trabajo verla de esa manera. Es un trabajo escénico totalmente unitario entre sus partes. No hay nada que le sobre. Creo que esto es el mayor halago que se puede hacer a una obra artística. Es incluso un ejemplo muy preciso de la unidad Aristotélica, porque la historia se desarrolla en un solo lugar de formas muy ingeniosas, donde el estudio psicológico y los límites de los personajes se ponen a prueba, comprobando que pueden hacerse los estilos clásicos con formas innovadoras y creativas… » La Guarida del critico, Guadalajara - febrero 09, 2014

«… De nueva cuenta el Teatro Experimental renuncia a su diseño y aforo para presentar una obra que coloca a los actores y a la audiencia sobre el escenario. Al centro se ubica una plataforma de agudas inclinaciones en la que los tres actores se mueven. Esta apuesta escenográfica, ,diseñada también por el “Mosco”, subraya la tensión que hay entre Carlos, Ambrosio y Víctor, los tres hermanos siempre al filo del abismo, sobreviviendo a las repetidas caídas y a la reiterada violencia de su convivencia filial. Sin embargo, lo que resulta un acierto en el propósito de mover el centro de gravedad de los personajes a partir del esfuerzo y destrezas físicas de los actores, puede resultar incómodo para quienes en ambos lados del entarimado observamos, desde abajo, siempre con la cabeza en alto, el ir y venir de los actores tal como se vería un partido de tenis aéreo… » , GACETA UNIVERSITAD DE GUADALAJARA Por Verónica López García,
3 Marzo 2014

TOM À LA FERME (LE FILM) – Adaptation cinématographique de la pièce de Michel Marc coscénarisé et réalisé par XAVIER DOLAN. Prix de la critique internationale à la Mostra de Venise 2013.


Suite au décès de son amoureux Guillaume, Tom se rend dans la ferme familiale, dans une région rurale isolée, pour assister aux funérailles. Sous l'insistance du frère du défunt, Francis, il accepte de cacher la vraie nature de sa relation avec Guillaume puisque sa mère, Agathe, n'en savait rien et qu'elle est persuadée que son fils formait un couple avec Sarah. Au fil des jours, Tom et Francis développent une relation délétère et violente visant à protéger leurs mensonges. Tom se fait petit à petit à la vie sur la ferme, jusqu'à ce qu'il appelle Sarah pour qu'elle le rejoigne.

Avec Xavier Dolan (Tom), Pierre-Yves Cardinal (Francis), Lise Roy (Agathe) et Évelyne Brochu (Sarah). Images d’André Turpin, musique de Gabriel Yared.















LA CRITIQUE

«...We might not unreservedly love the film, as has been our experience with previous Dolan films (confirmed fans may well have a better time with it). But it's certainly his best film. », OLIVER LYTTELTON, IndieWire, PREMIER SEPTEMBRE 2013

«...Meanwhile, as even Dolan’s detractors have come to expect from his work, the film looks as gorgeous as it sounds, with Andre Turpin’s rich, crisply composed lensing effectively playing the landscape’s bleak, affectless minimalism against its deep autumnal coloring. Working, as ever, as his own costume designer, Dolan makes even mud-splattered workwear look a tiny bit fabulous. »Guy Lodge,VARIETY, 2 septembre.

«... L'adrénaline du spectateur grimpe en flèche, tandis que les non-dits exaltent les suppositions. Dolan chorégraphie des scènes à la manière de déferlantes de désir muet, à l'image d'un tango interdit avec l'ennemi, ou de bourrasque d'amour d'une mère subitement déchaînée. Elle veut comprendre... ce qu'elle ne comprend peut-être que déjà trop bien. Xavier Dolan, lui, a TOUT compris. Cette fois, c'est sûr. »Christophe Chadefaud, L’EXPRESS , , Paris, 15 avril 2014

«...Dolan, lui, fait dans le genre dandy surdoué et inégal, pilleur et pétillant, ultra-romantique, ultra-branché, aimé et exécré tout à la fois. Un art bien à lui de la romance populaire, marqué par une esthétique « queer » et un goût baroque pour le mélo qui transforment chacun de ses films en bonbon acidulé.», Jacques Mandelbaum, LE MONDE, 15 avril 2014
«...En résulte un chant d'amour et de violence où les champs de maïs deviennent la nuit venue des champs de couteaux. Quelque chose comme le remake secret, viscéralement romantique de Massacre à la tronçonneuse par le fils spirituel de Jean Genet. Rien de moins. », Romain Le Vern, FR1, 15 avril 2014

«...Le Québécois Xavier Dolan ("Laurence Anyways") bluffe en général le spectateur par son brio stylistique à peu près autant qu’il l’agace par sa tendance à plastronner. Cette fois, il sait faire preuve de cette rigueur qui semblait lui manquer. Le film, suspense hitchcockien (une scène de douche, la musique de Gabriel Yared), se tient au bord de l’effroi et de la bestialité, alterne scènes de tango à la grange et de passage à tabac dans un champ de maïs coupant "comme des couteaux", joue à la fois de son espace (la ferme vide) et du manque d’espace entre séduction et manipulation.», Nicolas Schaller, LE NOUVEL OBSERVATEUR, 15 avril 2014

«...Dolan frappe fort. Impressionnant de maîtrise, le cinéaste embarque le spectateur dans son histoire certes sordide mais pour mieux livrer un plaidoyer sur le droit à la différence. Courageux et émouvant.», Benjamin Locoge, PARIS MATCH, 15 avril 2014


«...Inattendu et sauvage … Remarquable autant dans l’approche décalée (souvent drôle) du genre cinématographique que dans le questionnement du genre sexuel contrarié, Xavier Dolan confirme sa capacité de réflexion et de création sur le cinéma. » Laura Pertuy, Magazine Première, 6 septembre 2013

«...Tom à la ferme, un thriller psychologique du meilleur cru, présenté en compétition, confirme le talent du réalisateur canadien Xavier Dolan qui a adapté une pièce de théâtre de l'auteur québécois Michel Marc Bouchard…. Comme chez Hitchcock, le film fonctionne comme un piège qui se referme inexorablement à la fois sur le héros et sur le spectateur… », Franck Nouchi, LE MONDE, septembre 2013

«... Tom à la ferme l’un des films les plus singuliers de la Mostra de Venise… »,Julien GESTER, , 2 septembre 2013

«... Avec ce thriller insolite, le surdoué québecois de 24 ans se renouvelle devant et derrière la caméra… Sur une superbe musique de Gabriel Yared, le film oscille entre ironie et terreur, hyperréalisme et images mentales, selon une alternance d'accalmies ambiguës et de montées d'angoisse… », Louis Guichard , TÉLÉRAMA, 2 septembre 2013.


« Tom At The Farm stands as one of the more intriguing horror films in years. It also offers an unforgettable monster in the prowling, deeply repressed, borderline incestuous Francis: a Frankenstein of sloppily stitched-together sexual energies.» , JOHN SEMLEY, Now Toronto, 9 septembre 2013.

… Adaptation de la pièce de Michel Marc Bouchard, qui a collaboré au scénario, Tom à la ferme s’avère sans contredit le film le plus abouti de Dolan… Xavier Dolan confirme-t-il non seulement son talent de cinéaste, il prouve que bien qu’il murisse et s’assagisse, son cinéma demeure l’un des plus originaux de notre cinéma. , Manon Dumais, Voir.Montréal
… Tout est là, suggéré mais limpide, chaque profil psychologique esquissé puis fouillé par la grâce conjuguée de l’écriture, de la mise en scène et du jeu. Et la direction photo, tantôt naturaliste, tantôt éthérée, d’André Turpin (Incendies). Et la musique de Gabriel Yared (Le talentueux M. Ripley, tiens !), sinueuse et intoxicante, à l’image du tango éperdu auquel se livrent Tom et Francis.François Lévesque, LE DEVOIR 29 mars 2014.


… À la fois thriller et drame familial, le film bénéficie aussi des compositions remarquables des quatre acteurs en présence. De la pièce de Michel Marc Bouchard, qui a coécrit le scénario du film avec lui, Xavier Dolan a tiré un véritable film de cinéma. Et un bon. Marc-André Lussier, LA PRESSE 27 mars 2014.

…. Tom à la ferme est une réussite car le film remplit ses promesses. Xavier Dolan propose un récit imprévisible aux sensibilités et aux émotions complexes (ce qui ne veut pas dire compliqué ou inaccessible) en plus de mettre en scène des comédiens en pleine possession de leurs moyens. C'est une expérience fascinante, menée de main de maître et bien rythmée, qui se vit pleinement, qui étonne et qui séduit. Karl Fillion CINOCHE.COM, 26 mars 2014.


… On paper, Tom at the Farm promises an intriguing queer noir, a steer away from the tangled identities that populated his earlier work. In fact, Dolan – who here writes, edits, directs and stars – transforms Michel Marc Bouchard’s source stage play into a unique, enigmatic thriller. Pintereque notes are duly amplified by Andre Turpin’s lurking cinematography, Dolan’s fluid cuts, and Gabriel Yared’s heightened score. This isn’t a work of narcissism. It’s a work of genius. See it and try getting it out of your head. Just try. 5 stars! Tara Brady IRISH TIME, April 4, 2014.

…Tom at the Farm (Tom à la Ferme) – 'Disorientatingly strange' The latest offering from wunderkind Xavier Dolan makes a pleasant change. It's disciplined and intriguing. The movie of the week! 4 stars! Peter Bradshaw THE GUARDIAN, April 3, 2014.


LE LIVRE DE LA PIÈCE

Procurez-vous Tom à la ferme, la pièce, aux Éditions Théâtrales , Paris

Procurez-vous Tom à la ferme, Leméac Éditeur , Montréal

Buy Tom at the Farm, the play, Talonbooks , Vancouver.


Buy Tom en la granja, the play, Los Textos de la Capilla - teatro_lacapilla@yahoo.com


TURKU, FINLANDE. Début du tournage de THE GIRL KING, scénario de Michel Marc, réalisation de Mika Kaurismaki mettant en vedette Malin Buska.

En Finlande pour le début du tournage de The Girl King, Michel Marc Bouchard a dévoilé en primeur à La Presse la distribution internationale du film réalisé par le cinéaste Mika Kaurismäki.

Outre les noms de la Suédoise Malin Buska, qui jouera Christine, et du Québécois François Arnaud (déjà nommés tous deux dans La Presse), la distribution affiche plusieurs pointures du cinéma, dont la Torontoise Sarah Gadon (le prochain Spider-Man, Cosmopolis et Antiviral des Cronenberg père et fils); Michael Nyqvist (Millenium); les Allemands Peter Lohmeyer et Martina Gedeck (La vie des autres, Mostly Martha); le Français Hippolyte Girardot et le Belge Patrick Bauchau (qui joue Descartes). Le Québécois Guy Dufaux assure la direction photo.

Rappelons que Bouchard est le scénariste de ce long métrage, basé sur la vie de la reine Christine de Suède. L'auteur des Muses orphelines travaille à ce projet depuis cinq ans, soit bien avant la création de Christine, la reine-garçon au Théâtre du Nouveau Monde, en 2012. - Luc Boulager, LA PRESSE, 7 février 2014.

Plus d'information sur la distribution/more details about the cast: Malin Buska (Christina, queen of Sweeden), Sarah Gadon (Comtesse Ebba Sparre), Michael Nygvist (Axel, the chancellor), Laura Birn (Comtesse Erika), Lucas Bryant (Johan), Martina Gedeck (Queen Maria Eleonora),François Arnaud (Karl Gustav) , Patrick Bauchau (Descartes), Hippolyte Girardot (Chanut, ambassadeur de France), Peter Lohmeyer (The Bishop), Samuli Edelman (King Karl Adolf), Jarmo Mäkinen (the Formidable General), Jannis Niewohner (Jakob de la Gardie), Mikko Leppilampi (Magnus de la Gardie)


LES FELUETTES À L’OPERA EN 2016

L’Opéra de Montréal annonce la création de l’opéra Les feluettes, d’après la pièce de Michel Marc Bouchard, sur une musique du compositeur australien Kevin March. Ce spectacle, qui devrait prendre l'affiche en mai 2016, sera la troisième création lyrique de l’Opéra de Montréal, après Nelligan en 1990 et Thérèse Raquin en 2002. Pièce phare du théâtre québécois, Les feluettes a été créée à Montréal en 1987 dans une mise en scène d’André Brassard, puis revisitée en 2002 par Serge Denoncourt. Elle a été produite plus de 50 fois à travers le monde et présentée dans plusieurs festivals, dont ceux d’Avignon, de Dublin et de Limoges. Elle a tenu l’affiche pendant trois mois au Théâtre du Ranelagh à Paris. Elle fait partie du répertoire de la compagnie Los Endebles de Mexico et de Studio Life de Tokyo. En 1996, le réalisateur canadien John Greyson signait Lilies, une adaptation cinématographique de la pièce. En 2011, la comédie musicale flamande Lelies, inspirée de la pièce, est créée à Anvers et obtient le prix du meilleur théâtre musical de Belgique en 2012; elle sera reprise en Belgique et en Hollande en 2015.

Les Feluettes by Michel Marc Bouchard at the Opéra de Montréal in May 2016 - The Opéra de Montréal is pleased to announce an all-new project for the world premiere of a opera from Quebec in May 2016: Les Feluettes (Lilies), after the play by Quebec playwright Michel Marc Bouchard, set to music by Australian composer Kevin March. This project marks the Quebec dramatist’s first foray into the world of opera, and a third world premiere for the Opéra de Montréal, after Nelligan (1990) and Thérèse Raquin (2002). The Opéra de Montréal will soon be inviting the media to a press conference at which the playwright and some artists will be in attendance, and during which complete details will be announced.


Le texte de CHRISTINE, LA REINE-GARÇON, le nouvelle pièce de Michel Marc est finaliste à de nombreux prix.



Finaliste au Grand Prix littéraire dramatique de France

Finaliste aux Prix littéraire du Gouverneur Général du Canada

Finaliste au Prix Michel Tremblay du Centre des auteurs dramatiques

Finaliste aux Prix 2012-2013 de l'Association québécoise des critiques de théâtre

Finaliste aux Prix du Salon du livre du Saguenay-Lac Saint-Jean

Pour la quatrième fois depuis 2002, Studio Life de Tokyo, reprend dans une nouvelle production LILIES – Les Feluettes en Japonais.

Pour la quatrième fois depuis 2002, la direction de Studio Life produit à nouveau ma pièce de théâtre LILIES. Je me réjouis pour le public qui aura la chance de découvrir ces nouvelles distributions composées de talentueux acteurs. Un souffle nouveau court sur ce jardin de fleurs. Il est formidable de constater l’affection renouvelée de Studio Life pour LILIES, pour cette histoire d’amour hors du commun qui est devenue, grâce à eux, une histoire d’amour sans frontière.
En 2009, lors de mon inoubliable voyage au Japon, j’ai eu le plaisir de côtoyer la direction de Studio Life et la metteure en scène Jun Kurata. J’ai alors été impressionné par sa mise en scène et la beauté de son spectacle mais aussi par l’engagement de toute son équipe et par la générosité de tous.


J’ai été touché par le jeu des acteurs, par la vérité de leurs interactions et par la délicatesse avec laquelle cette histoire tragique a été livrée au public. J’ai aussi constaté qu’il y avait de la part du public et des fans des acteurs, une réelle affection pour ces personnages venus d’Amérique et d’Europe.
À notre époque où les valeurs communes confrontent plus que jamais les affirmations personnelles, produire LILIES demeure encore un acte d’amour, de beauté et de courage.
C’est donc avec une émotion renouvelée que je tiens à souhaiter aux nouveaux acteurs, ainsi qu’à mon amie Jun Kurata et à toute l’équipe de Studio Life, tous mes vœux de succès pour cette nouvelle mouture de LILIES. Merci du plus profond de mon cœur.
Michel Marc Bouchard, auteur
TOM À LA FERME en France au Festival Off d'Avignon 2013 du 6 au 28 juillet au Théâtre du Chêne noir.

Dans une mise en scène de Ladislas Chollat, assisté de Claire Moïoli. Avec Raphaëline Goupilleau,Christophe D’Esposti, Daniel San Pedro et Elsa Rozenknop. - Avec le soutien du Conseil Général de Seine Saint-Denis, la Fondation Beaumarchais, l’ADAMI et le Fonds SACD. Une Co-production Théâtre de l’Héliotrope & Mr Max production.

Tom, un jeune publicitaire se rend en province pour les funérailles de son amant décédé dans un accident de la route. C’est sur une ferme laitière et isolée qu’il rencontre pour la première fois la mère du défunt. Elle n’a aucune idée de qui il est ni de ce qu’il a vécu avec son fils. Tom découvre alors l’autre réalité fabriquée par celui qui n’est plus là. Pour ne pas décevoir sa mère, le frère du défunt contraint Tom, par la menace et les coups, à participer à une supercherie.

… « Face un sujet plus que délicat, il ne fallait pas moins que la réunion des qualités littéraires de Michel Marc Bouchard, la maitrise du rythme et le sens aigu de la narration de Ladislas Chollat ainsi que le talent des comédiens pour transcender cette tragédie rurale qui se profile déjà comme un des spectacles phare de ce festival. A voir absolument ! » Cécile B.B., FROGGYDELIGHT, Avignon, 11 juillet 2013

« … Mi histoire d’amour mi thriller, la pièce intrigue de bout en bout grâce à une construction habile et au jeu des acteurs, Raphaëline Goupilleau, Christophe d’Esposti, Daniel San Pedro. C’est cela aussi le bonheur du festival d’Avignon, découvrir de très bons comédiens, loin des feux de la rampe. », CULTURE BOX, 11 juillet 2013

« Une pièce forte, violente, dérangeante, marquée de l'écriture coup de poing de l'auteur québécois Michel Marc Bouchard que la mise en scène efficace et très travaillée de Ladislas Chollat épouse parfaitement, s'attachant à rendre au plus juste la complexité des personnages… Tout va crescendo jusqu'au final, violent et superbe. Un spectacle marquant alliant vérité et mensonge, culture et nature, fragilité et brutalité dont on ne sort pas indemne. » Nicole Bourbon, REG’ARTS , Avignon, 11 juillet 2013

« Sublime texte, sublimé par la mise en scène de Ladislas Chollat ! … . Toute la violence exposé sur scène se veut dénoncer l'homophobie. Il n'est d'ailleurs pas anodin que Ladislas Chollat choisisse de monter cette pièce à ce jour, où règne un climat homophobe grandissant. C'est donc une manière biaiée de sonner l'alarme intelligemment, de nous faire réagir sur ce qui nous entoure actuellement. Le style du texte et tout aussi fort. Un peu à la Steven Berkoff, le jeune Tom interprété brillamment par Christophe D'Esposti aux airs légers de Xavier Dolan, ne peut s’empêcher sur scène de balancer ses sketchs. Le spectateur entend donc toutes ses pensées amenant un humour grinçant et parfumé de gêne. Tout le pessimisme montré dans cette pièce en devient paradoxalement un optimisme sans mesure, un merveilleux message d'amour et d'espoir ! », Jean Hostache, CITY LOCAL NEWS, 15 juillet 2013.

« … Michel Marc Bouchard a un style incisif et fleurit, un vocabulaire qui prend la racine des mots pour en extraire l’essence. Tom à la ferme n’est pas une comédie, ni un drame, ni un constat social. C’est une peinture à l’acrylique, crue, précise sur le fil qui se casse entre deux êtres, sur le mensonge salvateur des homosexuels. La fable organisée à la ferme, le silence gêné des familles, et surtout toute cette violence haineuse deviennent sous la plume de Michel Marc Bouchard une parabole terrienne. Il sait balancer entre le désespoir qui remonte aux lèvres comme une lame de fond, avec un humour qui calme la tempête. Ladislas Chollat a choisit avec sa scénographe Emmanuelle Roy, un décor réaliste pour notre installation à la campagne. Les lieux multiples changent grâce à un système d’ouverture et de roulettes. Ainsi nous sommes constamment avec Tom, qui découvre un monde si loin de lui et la face caché de son amant décédé. Le rythme ne laisse aucun répit aux spectateurs. Ladislas Chollat a su cerner le texte sans jamais le surligner, extraire cette poésie sauvage et abrupte… » Marie-Laure Atinault, WEBTHEA, Avignon, juillet 2013.

Sur la photo de © Pascal Gely, Daniel San Pedro (Francis) et Christophe d'Esposti (Tom).


« Coup de coeur Avignon Off: "Tom à la ferme" au Théâtre du Chêne Noir… Au fils d’un texte magnifique qui oralise les monologues intérieurs de Tom, sa souffrance et son amour étouffé, l’auteur met en exergue la confusion des sentiments et le thème du double à travers l’attirance de Tom pour Francis et le désir mimétique. Christophe d’Esposi est troublant de désir animal et réfréné, souffrant en damné de la terre. Daniel San Pedro parvient à composer un Francis sauvage et tranchant comme un couteau de cuisine, tout en retenue et en secrets fabriqués, formidable. Raphaëline Goupilleau, sobre, primaire et mystique, incarne une mère perdue dans ses fantasmes de normalité chrétienne, mais pas si dupe en fin de compte. Quant à Elsa Rozenknop, l’amie venue de la ville pour incarner la fiancée imaginaire, elle ne fait pas long feu dans cet antre corrompu par les frustrations de chacun. C’est beau, violent et terriblement haletant, et cela se déroule dans une scénographie efficace qui fait se confronter et se rejoindre, de part et d’autre, l’espace domestique de la cuisine et celui, intime, de la chambre des garçons. Une réussite ! », Hélène Kuttner, PREMIERE, 16 juillet 2013.

LES MUSES ORPHELINES, la pièce internationalement acclamée de Michel Marc va célébrer sa 120ième production professionnelle à compter du 20 février et jusqu'au 30 mars 2013 à la Compagnie Jean-Duceppe à Montréal et en tournée au Québec dans une mise en scène de Martine Beaulne avec Avec Maxime Desnommé, Léane Labrèche-Dor, Macha Limonchik, Nathalie Mallette.

Regardez le parcours des Muses Orphelines depuis 1988

Accueil critique des Muses chez Duceppe.

« Ce drame familial imaginé par Michel Marc Bouchard dans les années 80 est certainement l'un de ses textes les plus brillamment construits. Il y a dans Les muses orphelines un souffle, une intensité, une profondeur et un dénouement extraordinaires. Pas étonnant que la pièce ait été traduite en 7 langues et produite 120 fois! a lecture tout en subtilité de Martine Beaulne, combinée au jeu inspiré des comédiens, redonne aux Muses une nouvelle vie…. Du très très bon théâtre. », Jean Siag, La Presse, 23 février 2013

"... Incontournable du répertoire de Michel Marc Bouchard la pièce, jouée 120 fois à travers le monde, est actuellement reprise au Théâtre Jean Duceppe. Portée par une distribution extraordinaire de sensibilité, de vérité et d’humour, elle est toujours d’actualité avec sa trame intemporelle, celle d’une famille déchirée par l’absence et les non-dits… " , Marie-Josée Roy, Le Hufffington Post Québec , 22 février 2013

« … Au-delà de son portrait d’une famille dysfonctionnelle composée d’êtres inadaptés, la populaire pièce de Michel Marc Bouchard présente en effet l’image éloquente d’un Québec emmuré dans ses tabous, milieu étouffant, fermé à l’étranger, ployant sous les conventions sociales et religieuses. Une société rêvant d’ailleurs, qui s’apprête à s’émanciper, en 1965. À travers la cérémonie de résurrection qu’orchestre la benjamine du clan, afin d’exorciser les fantômes de l’histoire familiale, le récit suggère que l’abandon d’une mère (patrie ?) peut se surmonter. Mais qu’il faut d’abord regarder le passé traumatique dans toute la clarté de la vérité avant de pouvoir tourner la page…

La belle pièce, qui semble condenser plusieurs des grands thèmes et leitmotivs de Michel Marc Bouchard, dose très adroitement drame et humour, psychologie et charge symbolique… »
, Marie Labrecque, LE DEVOIR , 2 mars 2013

… « Force est d’admettre que le texte de Michel-Marc Bouchard est d’une solidité sans nom. Personnel et universel, fort et vulnérable, follement réaliste et merveilleusement métaphorique, capable de nous interpeller, de nous confronter, de nous faire rire ou de nous faire pleurer, possédant un rythme et une cohésion indubitables, son œuvre fait partie des grandes. Avec un tel joyau entre les mains, la metteure en scène Martine Beaulne a eu la brillante idée de se concentrer sur les mots du dramaturge en dirigeant ses acteurs avec un doigté, une précision et une homogénéité remarquables. Complices, solides, nuancés, investis, drôles et touchants, Macha Limonchik, Léane Labrèche-Dor, Nathalie Mallette et Maxime Denommée rendent fièrement hommage au quart de siècle des Muses Orphelines… », Samuel Larochelle, Sage Gamin, Montréal, 24 février 2013.

« … Écrite par l’auteur Michel Marc Bouchard, la pièce Les muses orphelines, qui en est à sa 120e production à travers le monde, est racontée par une magnifique distribution. Quatre comédiens sont sur scène, interprétant un frère et trois sœurs d’une même famille, tous blessés à vif par la vie. Résultat, des caractères pétillants et une performance explosive sur scène… ». , Louise Bourbonnais, JOURNAL DE MONTRÉAL, 23 février 2013.

"… Je suis replongée avec beaucoup beaucoup de plaisir dans ces Muses orphelines...porté par de très bons comédiens...l'excellente Léane Labrèche Dor... texte important." Catherine Pogonat, Samedi et rien d'autre, Radio-Canada, 23 février

Lire l’entrevue dans La Presse
Lire l’entrevue dans Le Devoir
Lire l’entrevue dans Le Voir
Lire l’entrevue dans Le Journal de Montréal
Écouter entrevue à RDI-Radio-Canada


LELIES, la comédie musicale inspirée des FELUETTES HONORÉ EN BELGIQUE Vlaamse Musicalprijzen au 2012.



Meilleure comédie musicale, meilleur musique (Sam Verhoeven), meilleur mise en scène (Martin Michel), meilleur second rôle (Leendert De Vis pour Jean Bilodeau) et le prix du meilleur espoir masculin (Matthew Michel pour Vallier de Tilly).

LELIES van Judas Theaterproducties verzilverde vijf van zijn zes nominaties, waaronder die voor beste musical, beste regie (Martin Michel), beste mannelijke bijrol (Leendert De Vis als Jean Bilodeau) en beste inhoudelijke prestatie (Sam Verhoeven voor zijn partituur). Matthew Michel (Valier de Tilly) werd uitgeroepen tot aanstormend talent.

A ANVERS, CRÉATION MONDIALE DE LA COMÉDIE MUSICALE BASÉE SUR LA PIÈCE LES FELUETTES le 20 novembre 2011 au Fakkelteater en Belgique par JUDAS THEATERPRODUCTIES.

Sur un livret en flamand de Allard Blom, une musique de Sam Verhoeven et une mise en scène de Martin Michel. Avec HansPeter Janssens, Timo Descamps, Matthew Michel, Leendert De Vis, Door Van Boeckel, Sébastien De Smet et plusieurs autres.

C’est par une ovation de plus de quinze minutes que le public de la première médiatique a salué au Fakkel Teater de Anvers, la création de LELIES, la comédie musicale inspirée de la pièce de Michel Marc Bouchard, LES FELUETTES, produite par le Judas TheaterProducties, dans un livret de Allard Blom, une musique de Sam Verhoeven et une mise en scène de Martin Michel.

©Luk Monsaert

Timo Descamps(Simon) et Matthew Michel (Vallier).


Visionnez Soir de première de Lelies à Anvers, 20 novembre 2011 / Soir de première de Lelies à Anvers, 20 novembre 2011, Réactions du public. / Reportage Soir de première de Lelies à Anvers, Hallo Antworpen, 21 novembre 2011, Réactions du public. / Reportage Soir de première de Lelies à Anvers, ATV, 21 novembre 2011, Réactions du public. / Reportage Soir de première de Lelies à Anvers, Musical World TV, 21 novembre 2011, Extraits, réactions du public et entrevues des artisans. / Les répétitons de LELIES - Scène de la Comtesse et Vallier (la lettre d'amour), chanson de Bilodeau avant de mettre le feu au ballon de Lydie-Anne et finalement une chanson entre le jeune et le vieux Simon.

bande-annonce / Entrevue de Michel Marc au retour de la Belgique à RDI

Les premières critiques ont unanimement salué la venue de cette nouvelle aventure pour la pièce de Michel Marc Bouchard qui était présent à cette première. Le réputé journal De Standaard a dit de la production du Judas TheaterProducties qu’elle s’affirme, grâce à cette exceptionnelle production des Feluettes, comme une grande maison où la comédie musicale est créée avec passion et d'audace, avec une pureté et une intégrité qui ne restera pas inaperçus dans le monde musicale flamand." 5 étoiles sur 5 ! Le magazine PUUR THEATER dit qu’il est très rare d’obtenir au théâtre un spectacle au cours duquel les mots nous manquent et que ne peut que rester sur un choc silencieux à la fin. Le Gazet van Antwerpen mentionne la pureté et l'intensité de cette histoire d'amour qui ne peut laisser personne indifférent.


Michel Marc Bouchard a fièrement été reçu chevalier de l'Ordre national du Québec le 7 juin 2012 au Parlement de Québec.

Le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, est fier d’annoncer que 31 personnes ont été nommées à l’un des trois grades de l’Ordre national du Québec, la plus prestigieuse des distinctions honorifiques de l’État québécois dont le dramaturge Michel Marc Bouchard.

Depuis son arrivée dans le paysage théâtral québécois, en 1985, Michel Marc Bouchard a bouleversé les conventions. On lui doit quelques-unes des œuvres clés de la dramaturgie canadienne moderne, dont Les feluettes ou la répétition d'un drame romantique et tout récemment Tom à la ferme. Certaines de ses pièces, traduites en plusieurs langues, ont essaimé à l’étranger. D’autres, très signifiantes, ont été transposées pour le petit et le grand écran. M. Bouchard rayonne aussi grâce à ses créations porteuses pour la communauté gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre (GLBT) d’ici et d’ailleurs. Instigateur d’une parole « queer » au Québec, il milite contre l’homophobie : lui et Yves Jacques ont d’ailleurs été les tout premiers porte-parole du centre d’aide et de soutien Gai Écoute.


Suite du curriculum vitae - mis à jour août 2014.

Elles ont été produites dans plusieurs des grands théâtres et festivals nationaux (Théâtre du Nouveau-Monde, Trident, Théâtre d’Aujourd’hui, Compagnie Jean-Duceppe, Espace Go, Théâtre de la Bordée, Centre National des Arts, Centaur Theatre, Factory Theatre, Passe-Muraille Theatre, The Belfry, CanStage, Shaw Festival, Alberta Theatre Project, Arts Club, etc.…), elles ont également fait l’objet de centaines de productions étrangères particulière-ment en France, au Mexique, en Italie, en Corée du Sud, en Allemagne, en Uruguay et au Japon. Les Francophonies de Limoges, le Festival d’Avignon, le LIFT de Londres, le BAM de New York, le Gran Ciudad de Mexico ainsi que les festivals de théâtre de Hong Kong, de Munich, de Rome, de Caracas, de Glasgow et bien d’autres ont mis ses œuvres à leur programme.

Les Muses orphelines a été produite plus de 120 fois dans plus de 20 pays depuis sa création en 1988. La production de cette pièce au Théâtre Tristan Bernard à Paris a obtenu deux distinc-tions aux Molières en 2008. Le Chemin des passes dangereuses a été produite plus de 60 fois de-puis 1998 y compris à La Havane et à Naples. L’Histoire de l’oie, production du Théâtre de Deux Mondes (1991), a été jouée pendant 15 ans sur les cinq continents et a été honorée par une dizaine de prix dont trois à la Soirée des Masques de l’Académie du Théâtre Québécois en 1998 dont celui de la meilleure production jeunesse. La production de cette même pièce par le Karoussel de Berlin a représentée l’Allemagne au Festival International de l’Enfance et de la Jeunesse de Norvège.

Michel Marc Bouchard a travaillé avec les metteurs en scène André Brassard, Martine Beaulne, René Richard Cyr, Serge Denoncourt, Brigitte Haentjens, Jackie Maxwell, Eda Holmes et Claude Poissant et plusieurs autres.

Il a reçu de nombreuses distinctions dont le Prix du Centre national des arts du Canada (1992), le Chalmer’s Award, le Dora Mavor Moore Award, le Betty Mitchel Award, le Prix d'Excellence littéraire du Journal de Montréal (à deux reprises), le Prix de l'Association des critiques en théâtre du Québec et de Mexico, le Primo Arte Candoni (Italie) et le Prix de la SACD (Paris). Il a été finaliste trois fois aux Prix littéraires du Gouverneur Général du Canada.

Il est Officier de l’Ordre du Canada et Chevalier de l’Ordre national du Québec.


En 2010, le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (Ottawa) lui remettait son grand prix annuel pour la contribution exceptionnelle de son œuvre à la culture franco-phone au Canada. En mai 2014, la Fondation Émergence lui décernait le Prix Laurent-McCutcheon pour l’impact de son œuvre dans de la lutte contre l’homophobie.

Plusieurs de ses pièces ont été adaptées pour le cinéma dont Les Feluettes-Lilies, réalisation de John Greyson (Génie du meilleur film canadien en 1996), L'Histoire de l'oie-Tale of Teeka, (Gémeau de la meilleure dramatique en 1998), Les Muses Orphelines, réalisation de Robert Fa-vreau et Les Grandes Chaleurs, réalisation de Sophie Lorain.

L’adaptation de Tom à la ferme réalisée par Xavier Dolan et scénarisée avec l’auteur a reçu plusieurs prix dont celui de la critique internationale (FRESCI) à la Mostra de Venise en 2013. The Girl King, écrit pour le réalisateur finlandais Mika Kaurismäki et tourné en Finlande sera présenté en 2015.

Il a également été maître d’œuvre d’importantes expositions historiques et thématiques : Lu-dovica (1998) au Musée de l’Amérique française et au Musée d’Aquitaine à Bordeaux ; Talons et tentations (2001), Musée de la Civilisation de Québec, Maria Chapdelaine, Vérités et mensonges (2002), Musée Louis Hémon et, l’exposition inaugurale de la Grande Bibliothèque à Mon-tréal, Tous ces livres sont à toi! (2005), reprise au Musée de la Civilisation (2007).

Depuis 2006, il est chargé de cours en écriture à l’École nationale de théâtre du Canada et a enseigné depuis à l’ensemble des finissants en dramaturgie. Il a également donné des classes de maître au Teatro Argot de Rome et à la Sala Beckett de Barcelone.

Tout récemment, sa pièce Tom à la ferme a reçu le Prix 2012 de la dramaturgie francophone de la SACD (Paris) s’est méritée l’Amercain Lambda Literary Award 2014 for Best Play. Elle a été aussi finaliste au Prix Michel-Tremblay 2012 (CEAD), au Prix Sony Labou Tansi des lycéens de France (2014). Elle sera reprise à Paris et à Mexico en 2014-2015 et produite chez Buddies in Bad Times Theatre de Toronto au printemps 2015.

Christine, la reine-garçon son plus récent opus, a été finaliste au Grand Prix littéraire drama-tique de France (2013), au Prix du Gouverneur général du Canada (2013), au prix du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean (2013), au prix Michel-Tremblay (2013) et au prix de l’Association québécoise des critiques de théâtre (2013). Elle sera produite à l’été 2014 au prestigieux Stratford Festival dans sa version anglaise signée Linda Gaboriau sous le titre Christina, The Girl King.

Présentement, il travaille avec le compositeur australien Kevin March à l’adaptation de sa pièce Les Feluettes pour l’Opéra de Montréal dont la présentation est prévue pour mai 2016 et à Cité-Mémoire, une importante installation avec les artistes visuels Michel Lemieux et Victor Pilon, qui se déploiera dans tout le Vieux-Montréal en 2016. Sa nouvelle pièce La Divine Illusion sera créée l’an prochain à Montréal et en Ontario.

Michel Marc Bouchard est publié chez Leméac Éditeur (Montréal), aux Éditions Théâtrales (Paris), chez Talon Books (Vancouver), chez Scirroco (Winnipeg), chez Milagro (Mexico), Ubulibri (Milan), chez ZAMZ (Séoul) et chez Sairyusha (Tokyo).
Lire toutes les actualités