Site officiel de Michel Marc Bouchard. Official website of Michel Marc Bouchard.

Directeur artistique d'expositions thématiques/Curator

Contactez / to contact Michel Marc Bouchard
Contactez / to contact Agents de Michel Marc Bouchard/Agency of Michel Marc Bouchard

website di Michel Marc Bouchard, autore di teatro, di cinema e curatore di mostre./sitio de Internet de Michel Marc Bouchard, autor de teatro, escenarista y curador de exposiciones.
/ Offizieller website von Michel Marc Bouchard, Dramaturg, expositons Drehbuchautor und künstlerischer Direktor von thematisch!

Michel Marc Bouchard, O.C.,C.Q. et Membre de l'Académie des Lettres du Québec, a écrit plus de 25 pièces, toutes créées à la scène. Traduites en plusieurs langues et jouées régulièrement à travers le monde particulièrement en France, en Italie et au Japon, ses œuvres les plus connues sont Les Feluettes (LILIES), Les Muses orphelines (THE ORPHAN MUSES), L’Histoire de l'oie (THE TALE OF TEEKA), Les Grandes Chaleurs (HEAT WAVES), Le Voyage du Couronnement (THE CORONATION VOYAGE), Le Chemin des passes-dangereuses (DOWN DANGEROUS PASSES ROAD) , Sous le regard des mouches, Les Manuscrits du déluge (WRITTEN ON WATER), Le Peintre des madonnes (THE MADONNA PAINTER), Des Yeux de verre (SOMETHING IN THEIR EYES) , Tom à la ferme (TOM AT THE FARM) , Christine, la reine-garçon. (CHRISTINA, THE GIRL KING) et La Divine Illusion (THE DIVINE, A PLAY FOR SARAH BERNHARDT). Suite du curriculum vitae au bas de cette page.

© Julie Perreault
Photographie officielle de Michel Marc Bouchard. Mention obligatoire de la photographe Julie Perrault.

WORLD PREMIERE of The Divine: A Play for Sarah Bernhardt - The new play of Michel Marc Bouchard, ROYAL GEORGE THEATRE, SHAW FESTIVAL, ONTARIO, July 5 – October 11 2015.

Translated by LINDA GABORIAU / Directed by JACKIE MAXWELL / Designed by MICHAEL GIANFRANCESCO / Lighting designed by BONNIE BEECHER / Original music and sound designed by JOHN GZOWSKI.

"La nouvelle création de Michel Marc Bouchard, The Divine, qui sera présentée au TNM en novembre, reçoit en ce moment un accueil triomphal au Festival Shaw de Niagara-on-the-Lake. Certains critiques parlent même d'une des meilleures pièces canadiennes depuis des années… Les quotidiens nationaux ne tarissent pas d'éloges envers la production et plus particulièrement le dramaturge québécois. Le critique du National Post, Robert Cushman, croit qu'il s'agit de «la meilleure pièce écrite par Michel Marc Bouchard et l'une des meilleures pièces canadiennes depuis des années» Quant à lui, le Globe and Mail estime que cette production, mise en scène par Jackie Maxwell, également directrice artistique du festival, justifie l'existence même de cet événement… " Mario Cloutier, LA PRESSE, Montréal, 6 août 2015

**** “Michel Marc Bouchard, one of the country’s finest playwrights, was specially commissioned to write a play in that style for the Shaw company and its audiences – and he’s come up with a wonderful wrestling match between art, religion and business set in 1910 Quebec City, but full of relevance to 2015 Canada… through clever structuring, Bouchard draws attention to the hypocrisy of an audience paying sharp attention to a theatrical debate over the fictionalized abuse of children in Canada’s past by church or business, while largely uncurious about who in foreign countries is making the shoes they are wearing – or the smartphones they turned off before the show began – today…. In the end, however, The Divine is a rebuttal to its own criticisms about theatre – and as solid a justification of the Shaw Festival’s own existence as anything Maxwell has presented in her time as artistic director.” J. Kelly Nestruck , THE GLOBE AND MAIL, july 28th 2015

**** “O,HOLY NIGHT. Michel Marc Bouchard's The Divine: A play for Sarah Bernhardt is the most exciting new Canadian play in years... commissioned and premiere by the Shaw Festival, it's his best work... Jackie Maxwell's irreproachable production... Sex embraced or coerced, religion used or abused, exploitation industrial and instituttional, theatre celebred and satirized and satirizing itself; it's a heady mix, and wondered halfway through if the ingrédients could be kept in place. It turns out that they can. This is a play with all-conquering narrative drive and abundance of twists; there are no unabsorving moments... ” Robert Cushman,NATIONAL POST, August 1, 2015

”Shaw would give his blessing to The Divine! … The Divine is ambitious in scope, impressive in execution. A lot of debate, a lot of laughs, with a gut punch near the end that lingers. It's one worth revisiting in future seasons.” By John Law,SUN MEDIA, NIAGARA FALLS REVIEW, Saturday, July 25, 2015

*** “Virtually every scene in the play makes its points well and leaves you thinking afterwards… In all of these locations, Bouchard writes with power, using broad strokes of language (muscularly translated by Linda Gaboriau), and Maxwell has directed with fluidity against the set of Michael Gianfrancesco and the lighting of Bonnie Beecher…. The Divine is one of those plays whose whole may not equal the sum of its parts, but those parts are all highly meritorious and a credit to all concerned.” Richard Ouzounian, TORONTO STAR, Sat Jul 25 2015.

MICHAUD: Ben Sanders TALBOT: Wade Bogert-O’Brien MRS. TALBOT: Mary Haney LEO: Kyle Orzech BROTHER CASGRAIN: Martin Happer EMMA FRANCOEUR: Catherine McGregor THÉRÈSE DESNOYERS: Jenny L. Wright THE BOSS: Ric Reid SARAH BERNHARDT: Fiona Reid MEYER: Andrew Bunker MADELEINE: Darcy Gerhart JOURNALISTS: Billy Lake and Jonathan Tan


“ A full-frontal assault on conservative theatre… Bouchard writes with scathing temper and his play is both touching and frightening. His "Coronation Voyage" was an opening salvo of change when Jackie Maxwell took over the festival in 2002. Well, she's levelled another full-frontal assault at conservatism in the theatre and the power of women with her staging of "The Divine: A Play for Sarah Bernhardt." Were she not staying on one more year as artistic director this would have been her triumphant swansong… If you're not cowed by theatre that refuses to submit, you'll appreciate Maxwell's riveting roduction…Whatever you think of Bouchard's play — and some will hate it — Maxwell's production will nail you to your seat. ” Gary Smith, THE HAMILTON SPECTATOR, july 29th 2015.

“It’s not often that a production can be summarized almost entirely by its title. The Shaw Festival’s 2015 production of The Divine: A Play for Sarah Bernhardt manages to achieve this distinction however. Simply put The Divine is divine. … Set in industrial revolution Quebec the play follows the visit of famed thespian Sarah Bernhardt and the upheaval it creates in the lives of two young seminarians — the hopelessly romantic Michaud played by Ben Sanders and the hardened realist Talbot played by Wade Bogert-O’Brien — in addition to the ruling Catholic church and society as a whole. In essence the English translation of the French original by Michel Marc Bouchard is a play about challenging established conventions, be they that of dramatic production itself, the church or the continued dominance of rich over the poor. » Steve Henschel, Niagara Falls, NIAGARA THIS WEEK, Aug 12, 2015

"This is the most extraordinary play of the festival, a commissioned drama from the noted French Canadian Michel Marc Bouchard, directed by festival leader Jackie Maxwell. It centers on the 1905 visit to Quebec City by the international star, Sarah Bernhardt, who features in the play as both comic relief and moral center... The mix of critique of capitalism and rigid religious rule with the allure of the stage and celebration of Mme. Bernhardt’s early feminism is heady, sometimes feeling like overkill but always compelling, and even intensely moving. Surely this play has a solid future." Christopher Rawson / Pittsburgh Post-Gazette, STAGE REVIEW, Pittsburgh, September 27, 2015

"Bouchard has captured and reveals our moral dilemma in what appears to be a single event, a specific time and place. He exposes the infected entrails of a powerful goliath who has enchanted and blinded us. Like the Divine, Sarah Bernhardt, we want and need to believe that our choices matter and change is possible, and for some that is true. But for most, the choices are not even visible anymore, hidden behind a veil of manipulation, secrecy, and lies… This season The Shaw has offered an impressive line up with most of the productions worthy of the drive to beautiful Niagara-on-the-lake. However, The Divine is on my short list of plays you must not miss. You won’t be humming as you leave the theater or feeling giddy with the joy of a happy ending but you will definitely feel you have experienced one of the great moments in modern theater." Hermine Steinberg, SHALOW LIFE, August 23rd, 2015

"Like a masterfully composed symphony, The Divine: A Play for Sarah Bernhardt, is a finely crafted work that soars beyond its seemingly divergent elements. Quebec-based playwright, Michel Marc Bouchard, is so intimately acquainted with the tools of his trade that he can flirt with melodrama and dance with the didactic in the course of unwinding a moving and engaging theatrical tale… Ultimately, The Divine speaks to our time. Our culture is faster paced, highly distracted and more than ever addicted to consumption. Can we say things have improved? What can be said is that The Divine does what fine theatre should: provides humour as well as heart-wrenching moments, a gripping and believable story with engaging characters, provocative questions and the possibility of hope." Dorothy Lichtblau, THE CANADIAN JEWIS NEWS, September 16, 2015

WORLD PREMIERE - A new play by acclaimed Québécois playwright Michel Marc Bouchard about the legendary actress Sarah Bernhardt and her controversial performances in Quebec City at the turn of the 20th century. Two young seminarians – Michaud, an engaging theatre enthusiast and Talbot, a moody new recruit from a poor family – are charged with telling the “Divine Sarah” that she is not welcome by the Catholic Church. But the show must go on, and as the young men become involved in her world, their lives are forever changed by their encounter with the theatrical superstar. Commissioned by the Shaw Festival, Bouchard wrote this play as a tribute to Bernard Shaw, the Festival and the power of theatre.

Legendary French actress Sarah Bernhardt (1844 – 1923) has been called both the greatest and the most famous actress of all time. She was also called the “Divine Sarah” by her fans. In her 56 year career on the stage, she played some seventy roles in one hundred and twenty five productions in Europe, the United States, Canada, South America, Australia and the Middle East. A recent review of a biography of Bernhardt compared her to Lady Gaga in terms of celebrity and eccentricity and described her as “the foremost actress of her age, who liked to accessorize with a dead bat, never went on tour without her own coffin and once travelled round America accompanied by an alligator called Ali-Gaga (who died, sadly enough, as a consequence of consuming too much milk and champagne).” Her performances were legendary and her affairs sensational, matched only by her amazing ability to maintain her career for over 50 years.

As part of her long career, she toured the world, including Canada which she visited several times between 1880 and 1917. Montreal was the city she visited most often in Canada but she did visit other cities, including Quebec City – but only once. And it is this singular visit which playwright Michel Marc Bouchard has given life to in his new play, written especially for the Shaw Festival.

In Bouchard’s play, Bernhardt’s visit to Quebec City is seen through the eyes of two young (and very different) men studying to become priests. Michaud, the son of the province’s Minister of Finance, is a theatre lover and is thrilled by the coming visit of Bernhardt. Talbot arrives at the seminary on the day of her arrival, and his family is clearly poor. His 12 year old brother Leo must work in a shoe factory in order to pay for Talbot’s schooling and Talbot has no interest in theatre or Bernhardt. The two are ordered to deliver a letter to the “Divine Sarah” – a letter from the Archbishop forbidding her to appear on stage in Quebec City. That her choice to perform the play Adrienne Lecouvreur “sings the praises of adulterous love” and “ridicules a man of the cloth portrayed as a plotting habitué of Parisian salons.”

And so the stage is set for a battle for the hearts and minds of Quebeckers through these two young seminarians – on one side, the powerful Catholic Church and on the other, the power of the ‘divine’ Sarah Bernhardt.

The book of THE DIVINE, A PLAY FOR SARAH BERNHARDT by Michel Marc Bouchard, translated by Linda Gaboriau, published by TALONBOOKS.

Quebec City, 1905. Michaud, the son of the province’s minister of finance, is a theatre lover. Talbot, on the other hand has arrived at the seminary on the very day of Bernhardt’s arrival in town, he comes from a family struggling with poverty and clearly has more pressing concerns. The two are ordered to deliver a letter from the Archbishop forbidding Bernhardt to appear on stage at any point during her one and only visit to Quebec City, on the grounds that she has decided to perform a play in which Adrienne Lecovreur “sings the praises of adulterous love” and “ridicules a man of the cloth portrayed as a plotting habitué of Parisian salons.” And so the stage is set for a battle for the hearts and minds of Quebeckers through these two seminarians: the powerful Catholic Church on one side, and the power of the divine Sarah Bernhardt – and the world of the theatre – on the other. / Cast of five women and eight men.

ISBN 13: 9780889229587 | ISBN 10: 0889229589

THE GIRL KING / THE GIRL KING de Mika Kaurismaki, en première mondiale et en compétition officielle au Festival des films du monde de Montréal, septembre 2015.

THE GIRL KING / THE GIRL KING de Mika Kaurismaki,en compétition officielle au Festival de cinéma 2015 de la ville de Québec.

Prix du public pour THE GIRL KING / THE GIRL KING au Festival des films du monde de Montréal, septembre 2015.

Prix d'interprétation féminine pour Malin Buska (Kristina) pour THE GIRL KING / THE GIRL KING au Festival des films du monde de Montréal, septembre 2015.

"... Tourné en Finlande, en Suède et en Allemagne, le film compte parmi ses noms les plus connus Hippolyte Girardot dans le rôle d’un émissaire du Vatican et le Québécois François Arnaud dans le rôle de son cousin. En entrevue pendant le tournage, Kaurismaki avait annoncé que son film n’avait pas été conçu comme une épopée traditionnelle en costumes d’époque, mais comme le récit psychologique d’une pensée révolutionnaire. Au bout du compte, il n’a pas entièrement tenu sa promesse. Par moments, The Girl King est une pure épopée traditionnelle avec magnifiques costumes d’époque, cavalcades et combats d’épée. C’est aussi un film grand public, ce qui sous-entend que Kaurismaki ne renouvelle pas nécessairement le genre. Ce qui fait la différence et casse le moule, c’est le personnage de Christina, son aplomb, son énergie très masculine, ses tenues de garçon manqué, sa grande curiosité intellectuelle, ses échanges avec Descartes et le fait que sa pensée audacieuse et contestée de tous est effectivement en cœur du récit et au milieu de l’écran... ", Nathalie Petrovski, LA PRESSE, Montréal, 5 septembre 2015.

"... Guy Dufaux en a tiré les belles images. L’actrice canadienne Sarah Gadon (ici l’amante de la reine Christine) et François Arnaud (son cousin préféré) sont du lot. Sinon, une distribution internationale, un film en langue anglaise tourné surtout dans un château finlandais. Le type de production coûteuse de qualité que l’Europe enfante ces temps-ci (la compétition cannoise en était truffée) avec des acteurs et des techniciens de partout, souvent de premier plan mais inégaux, tournant dans une autre langue que la leur, ce qui nuit à l’ancrage. Ici, les décors sont magnifiques. Mika Kaurismäki, frère d’Aki, cinéaste aussi, est à la fois macho dans son regard sur les personnages féminins et pudique à l’heure de montrer leurs ébats. Michael Nyqvist en grand chancelier et Patrick Bauchau en Descartes font plus d’étincelles que d’autres... La jeune actrice suédoise Malin Buska, qui interprète la reine Christine avec aplomb, rappelle à quel point une chape de plomb pèse dans son pays sur cette souveraine à peu près absente des manuels scolaires, pour avoir trahi sa patrie....", Odile Tremblay, LE DEVOIR, Montréal, 5 septembre 2015.

Le FFM annonce que le film The Girl King de Mika Kaurismaki fera partie de la compétition mondiale du 39e FFM en première mondiale. Le film est coproduit par Galafilm et Triptych Media (Canada), Marianna Films (Finlande), Starhaus Filmproduktion (Allemagne) et Anagram (Suède). La distribution internationale comprend les Suédois Malin Buska et Michael Nyqvist, les Canadiens Sarah Gadon et Lucas Bryant, la Finlandaise Laura Birn, le Français Hippolyte Girardot, le Belge Patrick Bauchau et les Allemands Peter Lohmayer et Martina Gedeck. Le Québécois François Arnaud est de la distribution et le chef opérateur Guy Dufaux à la direction de la photographie. La version anglaise du scénario est l’œuvre de Linda Gaboriau, lauréate de Prix littéraires. Le Finlandais Mika Kaurismäki a amorcé son tournage de The Girl King (La reine-garçon) d’après le scénario du Québécois Michel-Marc Bouchard, qui avait créé au théâtre la pièce sur la vie de Christine de Suède, avec brio et qui connut un grand succès lors de sa présentation en 2012 au Théâtre du Nouveau Monde de Montréal (Québec) aussi bien qu’au Festival de Stratford (Ontario).

Réalisation : Mika Kaurismäki
Scénarisation : Michel Marc Bouchard
Direction photo : Guy Dufaux
Montage : Hans Funck
Interprètes : Malin Buska, Sarah Gadon, Michael Nyqvist, Lucas Bryant, Laura Birn, Hippolyte Girardot, François Arnaud, Patrick Bauchau
Maison de production et ventes : Prod.: Marianna Films / Triptych Media/ Galafilm / Starhaus Filmproduktion / Anagram Ventes/Sales: Miira Paasillinna, The Yellow Affair,

An enigmatic young woman in conflict - torn between reason and passion; between her woman's body and being raised as a prince; between the ancient and modern worlds and between the brilliance of her educated mind and the conservative forces around her. Crowned Queen at the age of six, Kristina of Sweden was thrust into a labyrinth of power and tradition, where a court of austere, Lutheran men pressure her to marry and produce an heir to fulfill her destiny. She finds sanctuary and love with her lady-in-waiting, the beautiful and elegant, countess Ebba Sparre, although the Chancellor, Axel Oxenstierna, pressures her to pair with his son, Johan. Soon the forces around the Queen realize that Ebba is the key to controlling her, but they underestimate Kristina's brilliant mind and her drive to be free.

Nous sommes au XVIIe siècle et la reine Christine entend bien faire de la Suède le pays le plus moderne d’Europe. Élevée comme un garçon sous un strict contrôle luthérien, cette souveraine énigmatique, flamboyante et imprévisible fait face à une forte résistance dans son désir d’éduquer ses sujets et de mettre fin à la sanglante guerre de Trente Ans entre les protestants et les catholiques. Christine a du mal à vivre avec son irrésistible passion pour sa dame d'honneur, la superbe comtesse Ebba Sparre. Sa découverte de l'amour et de la passion va de pair avec sa quête de comprendre l'humanité et les forces violentes qui conspirent contre elle. Déchirée entre ses aspirations politiques et personnelles, elle choisit de prendre l'une des décisions les plus controversées de l'Histoire.

Voici une première bande-annonce de THE GIRL KING, scénario de Michel Marc et réalisation de Mika Kaurismaki. Based on the life of one of the most iconic queens in history, THE GIRL KING is an original screenplay written by award-winning screenwriter and playwright MICHEL MARC BOUCHARD (Tom à La Ferme / Tom At The Farm, Lilies) with the English language version by Linda Gaboriau.

The film is directed by finnish filmmaker Mika Kaurismäki and boasts an international cast including Malin Buska (Sweden) in the title role as well as Sarah Gadon (Canada), Michael Nyqvist (Sweden), Laura Birn (Finland), Hippolyte Girardot (France) Jannis Newhohner, Peter Lohmeyer and Martina Gedeck (Germany), who are joined by canadian actors Lucas Bryant and François Arnaud.

LA HISTORIA DE LA OCA (L’Histoire de l’oie), production Anima Escenica, Teatro Experimental de Jalisco, Guadalajara, septembre 2015.

La Historia de la Oca es la historia de Mauricio, un niño que sueña con ser Tarzán y su mascota Teeka la oca, que sueña con volar. Es la historia de la violencia que se vive en casa y se hereda de generación a generación.

Dirección y Producción General : Karina Hurtado / Anima Escenica
Dramaturgia: Michel Marc Bouchard
Traducción: Gilberto Flores Patiño
Andrés David, Manu García Campos, *Andrea Belén SánSa, Nancy Arámbula.

LA DIVINE ILLUSION, création en français au Théâtre du Nouveau-Monde, dans une mise en scène de Serge Denoncourt. À Montréal à compter du 10 novembre et en tournée au Québec à compter de janvier 2016.

Le tandem Michel Marc Bouchard et Serge Denoncourt, qui nous a éblouis et touchés avec Christine, la reine-garçon, nous revient avec une nouvelle fiction historique qui (re)compose le passé pour mieux nous faire saisir l’imparfait du présent. Féru d’histoire québécoise, Michel Marc Bouchard s’inspire cette fois-ci de la visite de la divine Sarah Bernhardt à Québec en décembre 1905 pour créer un bouleversant portrait de société : la classe ouvrière naissante est déjà séduite par le capitalisme qui l’écrase, l’Église est à la fois lieu d’oppression et d’espoir et le théâtre commence à apparaître comme le seul territoire où le réel pourrait s’arracher à lui-même.

La ville est en émoi : Sarah Bernhardt arrive à Québec. Nul n’en est plus excité que Michaud, un séminariste que le théâtre attire bien plus que la prêtrise. Nul ne s’en fiche davantage que Talbot, pour qui la prêtrise n’est rien d’autre que le chemin que sa mère lui a imposé pour sortir sa famille de la misère et du travail en usine. Or, la venue de la plus célèbre comédienne du monde bouleversera ces destinées jusque-là terriblement prévisibles.

Et pour incarner celle par qui le théâtre et le scandale arrivent : la magnifique Anne-Marie Cadieux. Et Mikhaïl Ahooja, Simon Beaulé-Bulman, Annick Bergeron, Luc Bourgeois, Éric Bruneau, Louise Cardinal, Gérald Gagnon, Marie-Pier Labrecque, Dominique Leduc, Sébastien René.

TOM AT THE FARM, English version by Linda Gaboriau, directed by Eda Holmes, Buddies in Bad Times Theatre, Toronto, from april 11th 2015.

directed by EDA HOLMES
set design CAMELLIA KOO \ costume design MICHAEL GIANFRANCESCO \ lighting design REBECCA PICHERACK / sound design JOHN GZOWSKI

WINNER OF 2015 BEST NEW CANADIAN PLAY by the Toronto Theatre Critics and BEST DIRECTION by the 2015 Dora's awards.

When Tom travels to the country for his lover’s funeral, he is seduced into a family’s savage game of desire, secrets, and fantasy. Unable to reveal his true relationship with the deceased Tom is caught between comforting his lover’s distraught mother and appeasing his violent brother. In their grief and frustration, Tom discovers an elaborately woven fantasy life created to cope with the darkness of their family history. As he is drawn deeper into their dysfunctional torment, the lines between truth and fiction become indistinguishable and lust and brutality merge. The play has been presented in the original French in both Quebec and France, and was recently adapted for the screen by award-winning Quebecois director Xavier Dolan.

“Delivered late, but Tom at the Farm is worth the wait!... director Eda Holmes’s sexy production turns out to have been well worth the wait – and now that the horse is out of the barn, I suspect Bouchard’s sharp, sadomasochistic script will be performed across the country... Having read the play in advance, I watched Tom at the Farm less for its twists and turns (which are delicious) than for how the actors would sell them. Why doesn’t Tom just leave when Francis greets him with violence? There’s an element of horror to Bouchard’s play and, at times, you want to shout: Don’t go into the barn, Tom! But there’s also a fatalistic energy to the action, too, reminiscent of Greek tragedy – or perhaps I’m thinking of other plays set on farms and inspired by Greek tragedy like Eugene O’Neill’s Desire Under the Elms… . 31\2 Stars on 4”, J. KELLY NESTRUCK, Globe and Mail, April 17th 2015.

“LATEST SHOW “TOM AT THE FARM”, A HIGHLY GRIPPING TALE OF LOVE, GRIEF, MALICE, HOMO-EROTICISM AND LIES… Oh what a tangled web we weave when we stray form the truth. And tangled indeed are the relationships in the exciting psycho-sexual thriller “Tom at the Farm by the extraordinary Canadian writer Michel Marc Bouchard which opened Thursday at Toronto’s Buddies in Bad Times Theatre…. Perhaps only later as you are leaving the theatre, for this is the kind of production you will want to talk about and dissect – will you realize it’s a tightly woven construct almost entirely about lies and lying. For each of the characters is living a complex fiction, heightened in this moment by the grief that has overtaken the household. In the final moments of the play as it lurches headlong. “ Bob Leahy, POSITIVE LITE.COM, april 18th 2015.

“Audiences have been waiting three years to see it after it was pulled from Factory Theatre’s boycotted 2012 season and we can say it was worth the wait. 3 1\2 Stars on 4. Carly Maga, Toronto Star april 17th, 2015

CITÉ MÉMOIRE, dans le cadre des célébrations du 375ième anniversaire de Montréal, à compter du 17 MAI 2016.

Cité Mémoire, une œuvre de Michel Lemieux et Victor Pilon, en collaboration avec Michel Marc Bouchard, nous plonge au cœur de l’histoire de Montréal.

Par le biais d’une vingtaine de tableaux de projection, Cité Mémoire vous convie à une rencontre fascinante avec des personnages connus ou inconnus, témoins de la richesse et de la complexité de notre ville à travers le temps. Projetée à même des murs existants, des murs aveugles, des arbres ou encore le sol, cette œuvre grandiose ranime le passé de la métropole.

Vivez en terre sauvage d’Amérique avec Marguerite d'Youvillle, vibrez aux rythmes des jazzmen du «red light» et assistez à la naissance du mythe de Jackie Robinson ou aux exploits de Maurice Richard. Voilà quelques-uns des pans de l’histoire de Montréal auxquels vous convie Cité Mémoire.


L’Opéra de Montréal annonce la création de l’opéra Les feluettes, d’après la pièce de Michel Marc Bouchard, sur une musique du compositeur australien Kevin March. Ce spectacle, qui devrait prendre l'affiche en mai 2016, sera la troisième création lyrique de l’Opéra de Montréal, après Nelligan en 1990 et Thérèse Raquin en 2002.

L’Australien Kevin March composera son premier opéra sur l’oeuvre du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard. L’argument est très opératique : le vieux Simon, condamné à tort pour le meurtre du comte Vallier de Tilly, son amour de jeunesse, convoque en prison l’évêque Jean Bilodeau qu’il soupçonne d’être le réel coupable. Il le séquestre et lui présente, avec ses codétenus, une pièce de théâtre mettant en scène le drame. Serge Denoncourt mettra en scène ce spectacle dirigé par Timothy Vernon et affichant Étienne Dupuis, Jean-Michel Richer, Gino Quilico et Gordon Gietz. Proposée en mai, la création des Feluettes sera coproduite par le Pacific Opera Victoria.

Les Feluettes by Michel Marc Bouchard at the Opéra de Montréal in May 2016 - The Opéra de Montréal is pleased to announce an all-new project for the world premiere of a opera from Quebec in May 2016: Les Feluettes (Lilies), after the play by Quebec playwright Michel Marc Bouchard, set to music by Australian composer Kevin March. This project marks the Quebec dramatist’s first foray into the world of opera, and a third world premiere for the Opéra de Montréal, after Nelligan (1990) and Thérèse Raquin (2002). The Opéra de Montréal will soon be inviting the media to a press conference at which the playwright and some artists will be in attendance, and during which complete details will be announced.

LE CHEMIN DES PASSES DANGEREUSES, un spectacle danse-théâtre de Menka Nagrani au Théâtre Prospéro à Montréal à compter de février 2015. EN TOURNÉE AU QUÉBEC EN 2016

avec Arnaud Gloutnez, Félix Monette-Dubeau et Dominic St-Laurent.

TROIS FRÈRES SONT COINCÉS dans un accident de voiture sur les lieux mêmes où leur père est mort tragiquement des années auparavant. Cette pièce mythique de Michel Marc Bouchard, présentée à des dizaines de reprises à travers le monde, renaît ici dans une version unique et surprenante, au croisement des langages de la danse contemporaine, de la danse percussive, de l’acrobatie et… de la gigue québécoise ! Au cœur de cette mise en scène : le rythme accordé à chaque mot, à chaque geste. Un rythme aussi précis que celui des pieds qui giguent. Un véritable coup de fouet identitaire qui place le spectateur devant la question, irrésolue, de l’incarnation contemporaine de la tradition.

Le chemin des passes dangereuses: fusion époustouflante!

Mission réussie pour la petite équipe de Menka Nagrani sur Le chemin des passes dangereuses. La metteure en scène et ses trois comédiens ont créé un spectacle époustouflant...

... Avec son adaptation de la pièce de Michel Marc Bouchard, Menka Nagrani réussit ce dont beaucoup rêvent, mais ce que peu réussissent: une fusion théâtre-danse où les deux disciplines triomphent grâce à des performances exceptionnelles... Cette version du Chemin des passes dangereuses représente un travail colossal de réappropriation d'un texte majeur dans une forme innovante qui nous réconcilie avec le folklore québécois... Même s'il faut utiliser cette expression avec circonspection, disons-le, il s'agit d'un spectacle à voir absolument! " Mario Cloutier, LA PRESSE, 20 février 2015.

Reprise de la comédie musicale LELIES (Les Feluettes) en Belgique et en Hollande, février 2015.

Op 20 november 2011 ging Lelies in première in de Rode Zaal van het Fakkelteater. Het werd een memorabele avond. De recensies waren lovend en het was geen sinecure om een stoeltje in de zaal te bemachtigen voor een van de voorstellingen wegens het grote succes. Niet enkel het Vlaamse maar ook het Nederlandse publiek wist de weg te vinden naar Antwerpen voor deze voorstelling. Deze bijzondere musical werd in 2012 bekroond met 5 Vlaamse Musical Prijzen, waaronder die van ‘Beste Musical’ en ‘Beste Regie’.

Rode Zaal, Fakkelteater - Antwerpen
Van 5 februari tot en met 22 februari 2015

Don 05.03 CC ’t Getouw Mol – 014/33.09.00
Zat 07.03 Schouwburg Brugge – 050/44.30.60
Don 12.03 OC Meulebeke – 051/48.80.80
Vrij 13.03 CC Maaseik - 089/56.99.56
Din 17.03 30CC Leuven - 016/30.09.00
Zat 21.03 CC De Werf Aalst - 053/73.28.11
Woe 25.03 CC De Spil Roeselare – 051/26.57.00
Vrij 27.03 NTGent – 092/25.01.01

LELIES, la comédie musicale inspirée des FELUETTES HONORÉ EN BELGIQUE Vlaamse Musicalprijzen au 2012.

Meilleure comédie musicale, meilleur musique (Sam Verhoeven), meilleur mise en scène (Martin Michel), meilleur second rôle (Leendert De Vis pour Jean Bilodeau) et le prix du meilleur espoir masculin (Matthew Michel pour Vallier de Tilly).

LELIES van Judas Theaterproducties verzilverde vijf van zijn zes nominaties, waaronder die voor beste musical, beste regie (Martin Michel), beste mannelijke bijrol (Leendert De Vis als Jean Bilodeau) en beste inhoudelijke prestatie (Sam Verhoeven voor zijn partituur). Matthew Michel (Valier de Tilly) werd uitgeroepen tot aanstormend talent.

Sur un livret en flamand de Allard Blom, une musique de Sam Verhoeven et une mise en scène de Martin Michel. Avec HansPeter Janssens, Timo Descamps, Matthew Michel, Leendert De Vis, Door Van Boeckel, Sébastien De Smet et plusieurs autres.

C’est par une ovation de plus de quinze minutes que le public de la première médiatique a salué au Fakkel Teater de Anvers, la création de LELIES, la comédie musicale inspirée de la pièce de Michel Marc Bouchard, LES FELUETTES, produite par le Judas TheaterProducties, dans un livret de Allard Blom, une musique de Sam Verhoeven et une mise en scène de Martin Michel.

Visionnez Soir de première de Lelies à Anvers, 20 novembre 2011, Réactions du public. / Reportage Soir de première de Lelies à Anvers, Hallo Antworpen, 21 novembre 2011, Réactions du public. / Reportage Soir de première de Lelies à Anvers, Musical World TV, 21 novembre 2011, Extraits, réactions du public et entrevues des artisans. - Scène de la Comtesse et Vallier (la lettre d'amour), chanson de Bilodeau avant de mettre le feu au ballon de Lydie-Anne et finalement une chanson entre le jeune et le vieux Simon.

bande-annonce / Entrevue de Michel Marc au retour de la Belgique à RDI

Les premières critiques ont unanimement salué la venue de cette nouvelle aventure pour la pièce de Michel Marc Bouchard qui était présent à cette première. Le réputé journal De Standaard a dit de la production du Judas TheaterProducties qu’elle s’affirme, grâce à cette exceptionnelle production des Feluettes, comme une grande maison où la comédie musicale est créée avec passion et d'audace, avec une pureté et une intégrité qui ne restera pas inaperçus dans le monde musicale flamand." 5 étoiles sur 5 ! Le magazine PUUR THEATER dit qu’il est très rare d’obtenir au théâtre un spectacle au cours duquel les mots nous manquent et que ne peut que rester sur un choc silencieux à la fin. Le Gazet van Antwerpen mentionne la pureté et l'intensité de cette histoire d'amour qui ne peut laisser personne indifférent.

LA REINE-GARÇON DEVIENT UN OPERA écrit par Michel Marc Bouchard et composé par Ana Sokolovic pour la saison 2019-2020 du Canadian Opera Company de Toronto.

Alexander Neef, General Director of the Canadian Opera Company, announced today the commission of a new opera for its mainstage by one of Canada's most important composers, Ana Sokolovi?. Titled La Reine-Garçon, the libretto is by Quebec playwright Michel Marc Bouchard and based on his play of the same name. Inspired by Queen Christina of Sweden who ruled the country in the 17th century before abdicating her throne at the age of 27, La Reine-Garçonis currently in development and is scheduled to have its world premiere in the COC's 2019/2020 season... Read the article.

Michel Marc Bouchard reçoit le Prix Gascon-Thomas 2014 de l'École nationale de théâtre du Canada.

Les gouverneurs de l’École nationale de théâtre (ÉNT) sont fiers d’annoncer que le Prix Gascon-Thomas est décerné cette année au dramaturge et scénariste Michel Marc Bouchard et au metteur en scène David Latham. L’École a célébrer leurs réalisations lors de la remise du prix, le vendredi 24 octobre 2014. Les deux lauréats se sont adressés à l’ensemble des étudiants pour parler de leur expérience et offrir des conseils pratiques à ces jeunes artistes émergents.

Le Prix Gascon-Thomas porte le nom de deux fondateurs de l’ÉNT, Jean Gascon et Powys Thomas. Chaque année, l’École remet ce prix à deux artistes de la scène (un francophone et un anglophone) qui ont contribué de façon exceptionnelle à l'épanouissement du théâtre au Canada et dont la carrière est une source d'inspiration pour les étudiants qui s'apprêtent à entrer dans le milieu professionnel.

Le CHEMIN DES PASSES DANGEREUSES en reprise en septembre à Guadalajara dans une production du Experimental de Jalisco au Estudio 323.

Muestra Estatal de Teatro (MET) Jalisco 2014- Triunfadores : Espacio escénico: Luis Manuel Aguilar 'Mosco', por "El camino de los pasos peligrosos", Mejor actor: reconocimiento tripartito a Andrés David, Gabriel Álvarez y Mauricio Cedeño, por "El camino de los pasos peligrosos", * Tercer lugar: "El camino de los pasos peligrosos", de Michel Marc Bouchard, dirección de Luis Manuel Aguillar "Mosco".

bajo la dirección de Luis Manuel Aguilar "Mosco", con Andrés David, Mauricio Cedeño y Gabriel Alvarez.
« … Sin embargo, al tener un sentido simbólico el hecho de mirar a los actores arriba de nosotros, por ser tan envolvente y fuera de lo común, tener una calidad de texto, actuaciones, escenografía a nivel plástico, diseño sonoro y lumínico tan bien diseñados y certeros en causarle sensaciones a la audiencia, no cuesta ningún trabajo verla de esa manera. Es un trabajo escénico totalmente unitario entre sus partes. No hay nada que le sobre. Creo que esto es el mayor halago que se puede hacer a una obra artística. Es incluso un ejemplo muy preciso de la unidad Aristotélica, porque la historia se desarrolla en un solo lugar de formas muy ingeniosas, donde el estudio psicológico y los límites de los personajes se ponen a prueba, comprobando que pueden hacerse los estilos clásicos con formas innovadoras y creativas… » La Guarida del critico, Guadalajara - febrero 09, 2014

«… De nueva cuenta el Teatro Experimental renuncia a su diseño y aforo para presentar una obra que coloca a los actores y a la audiencia sobre el escenario. Al centro se ubica una plataforma de agudas inclinaciones en la que los tres actores se mueven. Esta apuesta escenográfica, ,diseñada también por el “Mosco”, subraya la tensión que hay entre Carlos, Ambrosio y Víctor, los tres hermanos siempre al filo del abismo, sobreviviendo a las repetidas caídas y a la reiterada violencia de su convivencia filial. Sin embargo, lo que resulta un acierto en el propósito de mover el centro de gravedad de los personajes a partir del esfuerzo y destrezas físicas de los actores, puede resultar incómodo para quienes en ambos lados del entarimado observamos, desde abajo, siempre con la cabeza en alto, el ir y venir de los actores tal como se vería un partido de tenis aéreo… » , GACETA UNIVERSITAD DE GUADALAJARA Por Verónica López García,
3 Marzo 2014

Michel Marc Bouchard reçoit le Prix Laurent-McCutcheon 2014 de la lutte contre l'homophobie de la Fondation Émergence.

La Fondation Émergence a décerné le prix Laurent-McCutcheon 2014 à M. Michel Marc Bouchard, dramaturge et scénariste. Ce prix lui a été remis par Madame Stéphanie Vallée, ministre de la Justice, Procureure générale du Québec et ministre responsable de la lutte contre l’homophobie.Ce prix, anciennement appelé Prix Lutte contre l’homophobie, est remis annuellement à une personnalité qui s’est illustrée de façon manifeste dans la lutte contre l’homophobie. Avec la remise du prix Laurent-McCutcheon 2014, les membres du conseil d’administration de la Fondation Émergence ont souhaité reconnaître l’apport précieux de M. Bouchard et de son œuvre à cette cause.

Madame Stéphanie Vallée, ministre de la Justice, Michel Marc Bouchard, Martine Roy, Laurent-McCutcheon. En lui remettant le prix, Mme Vallée a salué la contribution de Michel Marc Bouchard : « Tant en matière d’engagement social que sur le plan professionnel, vous êtes un précurseur. Par vos œuvres, vous êtes un ambassadeur inspirant dont le Québec peut être fier, un Québec créatif, qui porte sa diversité au-delà de notre territoire, par l’humanité des personnages que vous mettez en scène ».

TOM À LA FERME (LE FILM) – Adaptation cinématographique de la pièce de Michel Marc coscénarisé et réalisé par XAVIER DOLAN. Prix de la critique internationale à la Mostra de Venise 2013.

Suite au décès de son amoureux Guillaume, Tom se rend dans la ferme familiale, dans une région rurale isolée, pour assister aux funérailles. Sous l'insistance du frère du défunt, Francis, il accepte de cacher la vraie nature de sa relation avec Guillaume puisque sa mère, Agathe, n'en savait rien et qu'elle est persuadée que son fils formait un couple avec Sarah. Au fil des jours, Tom et Francis développent une relation délétère et violente visant à protéger leurs mensonges. Tom se fait petit à petit à la vie sur la ferme, jusqu'à ce qu'il appelle Sarah pour qu'elle le rejoigne.

Avec Xavier Dolan (Tom), Pierre-Yves Cardinal (Francis), Lise Roy (Agathe) et Évelyne Brochu (Sarah). Images d’André Turpin, musique de Gabriel Yared.


«...We might not unreservedly love the film, as has been our experience with previous Dolan films (confirmed fans may well have a better time with it). But it's certainly his best film. », OLIVER LYTTELTON, IndieWire, PREMIER SEPTEMBRE 2013

«...Meanwhile, as even Dolan’s detractors have come to expect from his work, the film looks as gorgeous as it sounds, with Andre Turpin’s rich, crisply composed lensing effectively playing the landscape’s bleak, affectless minimalism against its deep autumnal coloring. Working, as ever, as his own costume designer, Dolan makes even mud-splattered workwear look a tiny bit fabulous. »Guy Lodge,VARIETY, 2 septembre.

«... L'adrénaline du spectateur grimpe en flèche, tandis que les non-dits exaltent les suppositions. Dolan chorégraphie des scènes à la manière de déferlantes de désir muet, à l'image d'un tango interdit avec l'ennemi, ou de bourrasque d'amour d'une mère subitement déchaînée. Elle veut comprendre... ce qu'elle ne comprend peut-être que déjà trop bien. Xavier Dolan, lui, a TOUT compris. Cette fois, c'est sûr. »Christophe Chadefaud, L’EXPRESS , , Paris, 15 avril 2014

«...Dolan, lui, fait dans le genre dandy surdoué et inégal, pilleur et pétillant, ultra-romantique, ultra-branché, aimé et exécré tout à la fois. Un art bien à lui de la romance populaire, marqué par une esthétique « queer » et un goût baroque pour le mélo qui transforment chacun de ses films en bonbon acidulé.», Jacques Mandelbaum, LE MONDE, 15 avril 2014
«...En résulte un chant d'amour et de violence où les champs de maïs deviennent la nuit venue des champs de couteaux. Quelque chose comme le remake secret, viscéralement romantique de Massacre à la tronçonneuse par le fils spirituel de Jean Genet. Rien de moins. », Romain Le Vern, FR1, 15 avril 2014

«...Le Québécois Xavier Dolan ("Laurence Anyways") bluffe en général le spectateur par son brio stylistique à peu près autant qu’il l’agace par sa tendance à plastronner. Cette fois, il sait faire preuve de cette rigueur qui semblait lui manquer. Le film, suspense hitchcockien (une scène de douche, la musique de Gabriel Yared), se tient au bord de l’effroi et de la bestialité, alterne scènes de tango à la grange et de passage à tabac dans un champ de maïs coupant "comme des couteaux", joue à la fois de son espace (la ferme vide) et du manque d’espace entre séduction et manipulation.», Nicolas Schaller, LE NOUVEL OBSERVATEUR, 15 avril 2014

«...Dolan frappe fort. Impressionnant de maîtrise, le cinéaste embarque le spectateur dans son histoire certes sordide mais pour mieux livrer un plaidoyer sur le droit à la différence. Courageux et émouvant.», Benjamin Locoge, PARIS MATCH, 15 avril 2014

«...Inattendu et sauvage … Remarquable autant dans l’approche décalée (souvent drôle) du genre cinématographique que dans le questionnement du genre sexuel contrarié, Xavier Dolan confirme sa capacité de réflexion et de création sur le cinéma. » Laura Pertuy, Magazine Première, 6 septembre 2013

«...Tom à la ferme, un thriller psychologique du meilleur cru, présenté en compétition, confirme le talent du réalisateur canadien Xavier Dolan qui a adapté une pièce de théâtre de l'auteur québécois Michel Marc Bouchard…. Comme chez Hitchcock, le film fonctionne comme un piège qui se referme inexorablement à la fois sur le héros et sur le spectateur… », Franck Nouchi, LE MONDE, septembre 2013

«... Tom à la ferme l’un des films les plus singuliers de la Mostra de Venise… »,Julien GESTER, , 2 septembre 2013

«... Avec ce thriller insolite, le surdoué québecois de 24 ans se renouvelle devant et derrière la caméra… Sur une superbe musique de Gabriel Yared, le film oscille entre ironie et terreur, hyperréalisme et images mentales, selon une alternance d'accalmies ambiguës et de montées d'angoisse… », Louis Guichard , TÉLÉRAMA, 2 septembre 2013.

« Tom At The Farm stands as one of the more intriguing horror films in years. It also offers an unforgettable monster in the prowling, deeply repressed, borderline incestuous Francis: a Frankenstein of sloppily stitched-together sexual energies.» , JOHN SEMLEY, Now Toronto, 9 septembre 2013.

… Adaptation de la pièce de Michel Marc Bouchard, qui a collaboré au scénario, Tom à la ferme s’avère sans contredit le film le plus abouti de Dolan… Xavier Dolan confirme-t-il non seulement son talent de cinéaste, il prouve que bien qu’il murisse et s’assagisse, son cinéma demeure l’un des plus originaux de notre cinéma. , Manon Dumais, Voir.Montréal
… Tout est là, suggéré mais limpide, chaque profil psychologique esquissé puis fouillé par la grâce conjuguée de l’écriture, de la mise en scène et du jeu. Et la direction photo, tantôt naturaliste, tantôt éthérée, d’André Turpin (Incendies). Et la musique de Gabriel Yared (Le talentueux M. Ripley, tiens !), sinueuse et intoxicante, à l’image du tango éperdu auquel se livrent Tom et Francis.François Lévesque, LE DEVOIR 29 mars 2014.

… À la fois thriller et drame familial, le film bénéficie aussi des compositions remarquables des quatre acteurs en présence. De la pièce de Michel Marc Bouchard, qui a coécrit le scénario du film avec lui, Xavier Dolan a tiré un véritable film de cinéma. Et un bon. Marc-André Lussier, LA PRESSE 27 mars 2014.

…. Tom à la ferme est une réussite car le film remplit ses promesses. Xavier Dolan propose un récit imprévisible aux sensibilités et aux émotions complexes (ce qui ne veut pas dire compliqué ou inaccessible) en plus de mettre en scène des comédiens en pleine possession de leurs moyens. C'est une expérience fascinante, menée de main de maître et bien rythmée, qui se vit pleinement, qui étonne et qui séduit. Karl Fillion CINOCHE.COM, 26 mars 2014.

… On paper, Tom at the Farm promises an intriguing queer noir, a steer away from the tangled identities that populated his earlier work. In fact, Dolan – who here writes, edits, directs and stars – transforms Michel Marc Bouchard’s source stage play into a unique, enigmatic thriller. Pintereque notes are duly amplified by Andre Turpin’s lurking cinematography, Dolan’s fluid cuts, and Gabriel Yared’s heightened score. This isn’t a work of narcissism. It’s a work of genius. See it and try getting it out of your head. Just try. 5 stars! Tara Brady IRISH TIME, April 4, 2014.

…Tom at the Farm (Tom à la Ferme) – 'Disorientatingly strange' The latest offering from wunderkind Xavier Dolan makes a pleasant change. It's disciplined and intriguing. The movie of the week! 4 stars! Peter Bradshaw THE GUARDIAN, April 3, 2014.


Procurez-vous Tom à la ferme, la pièce, aux Éditions Théâtrales , Paris
Procurez-vous Tom à la ferme, Leméac Éditeur , Montréal

Buy Tom at the Farm, the play, Talonbooks , Vancouver.
Buy Tom en la granja, the play, Los Textos de la Capilla -

Michel Marc Bouchard a fièrement été reçu chevalier de l'Ordre national du Québec le 7 juin 2012 au Parlement de Québec.

Le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, est fier d’annoncer que 31 personnes ont été nommées à l’un des trois grades de l’Ordre national du Québec, la plus prestigieuse des distinctions honorifiques de l’État québécois dont le dramaturge Michel Marc Bouchard.

Depuis son arrivée dans le paysage théâtral québécois, en 1985, Michel Marc Bouchard a bouleversé les conventions. On lui doit quelques-unes des œuvres clés de la dramaturgie canadienne moderne, dont Les feluettes ou la répétition d'un drame romantique et tout récemment Tom à la ferme. Certaines de ses pièces, traduites en plusieurs langues, ont essaimé à l’étranger. D’autres, très signifiantes, ont été transposées pour le petit et le grand écran. M. Bouchard rayonne aussi grâce à ses créations porteuses pour la communauté gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre (GLBT) d’ici et d’ailleurs. Instigateur d’une parole « queer » au Québec, il milite contre l’homophobie : lui et Yves Jacques ont d’ailleurs été les tout premiers porte-parole du centre d’aide et de soutien Gai Écoute.

Suite du curriculum vitae - mis à jour août 2014.

Elles ont été produites dans plusieurs des grands théâtres et festivals nationaux (Théâtre du Nouveau-Monde, Trident, Théâtre d’Aujourd’hui, Compagnie Jean-Duceppe, Espace Go, Théâtre de la Bordée, Centre National des Arts, Centaur Theatre, Factory Theatre, Passe-Muraille Theatre, The Belfry, CanStage, Shaw Festival, Alberta Theatre Project, Arts Club, etc.…), elles ont également fait l’objet de centaines de productions étrangères particulière-ment en France, au Mexique, en Italie, en Corée du Sud, en Allemagne, en Uruguay et au Japon. Les Francophonies de Limoges, le Festival d’Avignon, le LIFT de Londres, le BAM de New York, le Gran Ciudad de Mexico ainsi que les festivals de théâtre de Hong Kong, de Munich, de Rome, de Caracas, de Glasgow et bien d’autres ont mis ses œuvres à leur programme.

Les Muses orphelines a été produite plus de 120 fois dans plus de 20 pays depuis sa création en 1988. La production de cette pièce au Théâtre Tristan Bernard à Paris a obtenu deux distinc-tions aux Molières en 2008. Le Chemin des passes dangereuses a été produite plus de 60 fois de-puis 1998 y compris à La Havane et à Naples. L’Histoire de l’oie, production du Théâtre de Deux Mondes (1991), a été jouée pendant 15 ans sur les cinq continents et a été honorée par une dizaine de prix dont trois à la Soirée des Masques de l’Académie du Théâtre Québécois en 1998 dont celui de la meilleure production jeunesse. La production de cette même pièce par le Karoussel de Berlin a représentée l’Allemagne au Festival International de l’Enfance et de la Jeunesse de Norvège.

Michel Marc Bouchard a travaillé avec les metteurs en scène André Brassard, Martine Beaulne, René Richard Cyr, Serge Denoncourt, Brigitte Haentjens, Jackie Maxwell, Eda Holmes et Claude Poissant et plusieurs autres.

Il a reçu de nombreuses distinctions dont le Prix du Centre national des arts du Canada (1992), le Chalmer’s Award, le Dora Mavor Moore Award, le Betty Mitchel Award, le Prix d'Excellence littéraire du Journal de Montréal (à deux reprises), le Prix de l'Association des critiques en théâtre du Québec et de Mexico, le Primo Arte Candoni (Italie) et
Lire toutes les actualités