Talons et tentations

Création : 7 novembre 2001, Musée de la Civilisation de Québec. Lise Bertrand, chargée de projet

aucune / none
...
« Un peu plus loin, une autre vitrine rassemble des chaussures encore plus improbables: les accessoires pour fétichistes... Plus loin, les plus inspirés créateurs d'escarpins... Ferragamo, Perugia, Vivienne Westwood et Roger Vivier... Voyez ce soulier escalier de Samuele Mazza, et cet autre en forme de ressort... Régis Tremblay,
LE SOLEIL, novembre 2001 »
...
L’escarpin pour la provocation, la mule pour l’érotisme, la botte pour l’affirmation, la sandale pour l’audace… Pratiques ou fantaisistes, traditionnelles ou avant-gardistes, confortables ou insupportables, les chaussures ont un pouvoir méconnu de séduction.


Talons et Tentations, présentée au Musée de la civilisation jusqu’au 9 septembre 2002, nous entraîne dans cet univers insoupçonné, tant féminin que masculin, où les règles du talon et les enjeux de la tentation sont étroitement liés.

Talons et Tentations est bien loin du simple étalage du rayon de la chaussure! Muni d’audioguides, le visiteur parcourt cette exposition fantaisiste en compagnie de nul autre que la marraine-fée de Cendrillon. N’est-ce pas elle qui a donné à sa filleule l’arme suprême pour séduire le prince? Son immense garde-chaussures est son arsenal de bataille : c’est par le pied que commence et finit la séduction. Au cours des 13 étapes de l’exposition, elle apprend à Cendrillon tout ce qu’il faut savoir sur chaque type de chaussures associé aux différents langages de la séduction : fantasme, convoitise, sensualité, érotisme, machisme, fétichisme et élégance. Même le prince a droit à quelques suggestions!

Grâce à la direction artistique de l'ensemble et aux textes finement écrits par Michel Marc Bouchard, dramaturge et metteur en scène fort bien connu et reconnu du milieu théâtral, le visiteur verra le monde de la chaussure de façon inusitée. Les échanges entre la marraine et les autres personnages du célèbre conte sont vivants, actuels, teintés d’un bel humour. Les interprètes sont : Dorothy Berryman, (la marraine-fée), Évelyne Rompré (Cendrillon), Sébastien Delorme (le prince), Harry Standjofski (maître de cérémonie), Julie Borrough et Marie Turgeon (belles-sœurs), Anne-Marie Cadieux (belle-mère et caissière). En version anglaise, Elizabeth Robertson interprète Cendrillon et Martin Watier joue le prince; les autres comédiens gardent leur rôle respectif.

La séduction et la poésie.

L’atmosphère de Talons et Tentations est mystérieuse, feutrée. À perte de vue, les coffres de la marraine-fée contenant les plus beaux spécimens de sa collection envahissent la salle. De plus, l’exposition revêt un caractère poétique par le biais de quatre coffres vides dans lesquels sont enchâssées des interventions chorégraphiques filmées, créées par le chorégraphe Sylvain Émard et réalisées par Raymond Saint-Jean. Quatre autres malles sont investies par des installations de Claudie Gagnon, artiste en arts visuels. Les quatre chorégraphies de Sylvain Émard ne sont que des jeux de pieds : Les cendres qui cachent le désir, Le douzième coup de minuit, À sa recherche, et Ils vécurent heureux… Quant aux installations de Claudie Gagnon, elles donnent l’impression d’un livre d’images vivant, notamment celle de la fabrication de la robe de Cendrillon par de véritables souris qui, dans leur cage, actionnent trois machines à coudre. La scénographie est l'œuvre de Richard Lacroix.


Croquis d'une vitrine de Richard Lacroix, scénographe de l'expostion.

Une collection exceptionnelle
Talons et Tentations constitue une occasion unique d’admirer près de 300 chaussures – tantôt seules tantôt en paires – provenant des plus grands musées et collections du genre à travers le monde. Soulignons la collaboration exceptionnelle de Bata Shoe Museum (Toronto) et du Musée International de la Chaussure (Romans, France) qui ont prêté plus de la moitié des objets présentés. Les autres institutions qui se sont associées à l’exposition sont le Metropolitain Museum of Art (New York), le Musée Galliera (Paris), le Museo Salvatore Ferragamo (Florence), le Musée McCord d’histoire canadienne (Montréal), le Museum of London (Angleterre). La finesse, la qualité d’exécution et de conservation ont porté la sélection des objets vers les grands bottiers, les chaussures griffées. Une sandale romaine, des chopines vénitiennes datant de 1580, des mules, des escarpins des XVIIe et XVIIIe siècles côtoient les bottes en crocodile de Roger Vivier, les bottes à nœuds d’Andrea Pfister, des escarpins à plate-forme de Vivienne Westwood, et les chaussures « œuvres d’art » aux formes extravagantes telles les trois sculptures d’Alfred Pellan. On pourra également admirer des mocassins d’Elvis Presley, des sandales de Marilyn Monroe, des bottes de Robert Redford, des bottillons de Céline Dion et des escarpins de la princesse Diana et plusieurs créations du célèbre bottier d’Hollywood, Salvatore Ferragamo.

La critique


Un peu plus loin, une autre vitrine rassemble des chaussures encore plus improbables: les accessoires pour fétichistes... Plus loin, les plus inspirés créateurs d'escarpins... Ferragamo, Perugia, Vivienne Westwood et Roger Vivier... Voyez ce soulier escalier de Samuele Mazza, et cet autre en forme de ressort...", Régis Tremblay,
LE SOLEIL, novembre 2001

"Grâce aux textes finement écrits et imaginés par Bouchard... les visiteurs feront une incursion inusitée dans le monde de la chaussure, vue comme un objet de séduction... En tout, plus de 300 chaussures provenant des plus grands musées et collections du genre dans le monde, qui font voir la séduction sous un tout autre jour.... Denise Martel, LE JOURNAL DE QUÉBEC, novembre 2001

"Chausser la séduction! 300 chaussures provenant de musées et de collections aussi prestigieuses que le Métropolitain Museum of Art, le Museum of London, le musée Galliera de Paris, de même que bien d'autres. On passe ainsi de la sandale romaine aux chopines vénitiennes datant de 1580, des escarpins du XVIIe et XVIIIe aux oeuvres d'art les plus extravagantes...", David Cantin, LE DEVOIR, novembre 2001

Publication

Une publication à l’image de l’exposition accompagne Talons et Tentations. Toujours par le biais de la chaussure, dont la plupart sont présentées dans l’exposition, l’auteure, Valérie Laforge, conservatrice de l'expositon, nous dévoile en profondeur toute l’importance de l’apparence dans les jeux de la séduction tant féminine que masculine. De plus, un chapitre complet est consacré aux six plus grands designers de chaussures au monde. Cet ouvrage de 128 pages fait partie de la collection Images de société, coédition du Musée de la civilisation et des Éditions Fides. Tous les maniaques de chaussures voudront sûrement se procurer ce magnifique ouvrage disponible à la Boutique du Musée.







Extrait de la visite de l'exposition Talons et ...
Extrait de la vidéo réalisée par Raymond Saint-Jean ...
©Jacques Lessard.
Talons et tentations. Musée de ...
©Jacques Lessard
Talons et Tentations. Musée de la ...
©Jacques Lessard
Talons et tentations. Musée de la ...
©Jacques Lessard
Talons et tentations. Musée de la ...
©Jacques Lessard
Talons et tentations. Musée de la ...
©Jacques Lessard
Talons et tentations. Musée de la ...
©Jacques Lessard
Talons et tentations. Musée de la ...
©Jacques Lessard
Talons et Tentations. Musée de la ...
©Jacques Lessard
Talons et Tentations. Musée de la ...
Talons et Tentations. Musée de la civilisation. Québec, ...