LES MUSES ORPHELINES

Création : Une réalisation de Robert Favreau, scénarisation de Gilles Desjardins, d'après la pièce de Michel Marc Bouchard. LylaFilms 2000.

Distribué par Christalfilms
...
« Un film magnifique, exceptionnel! Stéphane Bureau,
TÉLÉJOURNAL/LE POINT/SRC, novembre 2000


Les Muses orphelines restent tout aussi boulversantes à l'écran que sur la scène!
Luc Boulanger, VOIR, novembre 2000


4 étoiles et demi! Fanny Mallette est une véritable révélation!Marc-André Lussier, LA PRESSE, novembre 2000 »
...
Synopsis

    Hantés par la disparition de leur mère, les enfants - les muses orphelines - ressassent encore leurs vieux démons vingt ans après le départ de celle qui les abandonna pour vivre avec son amant. Pour préserver la plus jeune, Isabelle, les aînés auront converti la fuite de leur mère en une mort romanesque.

    Absente depuis, la figure maternelle erre autour de ses enfants qui se sont émancipés, dira Isabelle. Émanciper dans le sens de grandir.
    © Vero Boncompagni
    Fanny Malette (Isabelle).

    Dans le cas de Catherine, la substitut, cela suppose un rejet de cette mère pour faire contrepoids à l'idolâtrie de Luc qui veut réécrire sa vie dans un roman d'adoration. Martine essaie, quant à elle, de se détacher de leur drame collectif.


    Plus lucide que son caractère excessif et que ses réactions enfantines le laissent croire, Isabelle mettra un terme à ce mensonge éventé en rassemblant ses sœurs et son frère pour le retour de leur mère "ressuscitée".
    ©Vero Boncompagni
    Sur la photo du haut:Fanny Malette (Isabelle).
    Sur la photo du bas:Marina Orsini (Catherine) et Séphane Demers (Luc).

    En 1965, à Saint-Ludger-de-Milot au Lac-Saint-Jean, trois sœurs et leur frère se retrouvent après une longue interruption de contact. Peu après la disparition de leur père, pendant la Seconde Guerre mondiale, leur mère les a abandonnés. Les retrouvailles sont motivées par son retour annoncé. Elles forcent chacun à se souvenir des circonstances de cet abandon maternel.



    On découvre progressivement qu’à l’époque, sans doute pour protéger Isabelle, la plus jeune, l’histoire de la famille a été modifiée par chacun. C’est Isabelle qui contraint ses sœurs et son frère à déconstruire les raisons mythiques mises de l’avant par chacun dans son roman familial. Ainsi finit par se dévoiler la vraie part de chacun des parents dans l’histoire familiale.


    ©Vero Boncompagni
    Céline Bonnier (Martine).

Générique

    Réalisation : Robert Favreau
    Production : Lyse Lafontaine et Pierre Latour
    Scénario :Gilles Desjardins d’après la pièce de Michel Marc Bouchard
    Direction artistique : Louise Jobin
    Photographie : Pierre Mignot
    Montage : Hélène Girard
    Musique : Michel Donato et James Gelfand
    Distribution principale
    Marina Orsini : Catherine Tanguay
    Céline Bonnier : Martine Tanguay
    Fanny Mallette : Isabelle Tanguay
    Stéphane Demers : Luc Tanguay
    Louise Portal : Jacqueline Tanguay
    Patrick Labbé : Rémi

Distinctions


    Film d'ouverture du festival d’Abitibi-Témiscamingue et la
    compétition officielle au FIFA de Mons (Belgique).

    4 Nominations aux Prix Génie du cinéma canadien 2001

  • Meilleure réalisation, Robert Favreau
  • Meilleur montage, Hélène Girard
  • Meilleure actrice dans un rôle de soutien,Céline Bonnier
  • Meilleur scénario,Gilles Desjardins




    5 Nominations aux Prix Jutra du cinéma québécois 2001 et un prix

  • Meilleure actrice à Fanny Mallette
  • Meilleure réalisation à Robert Favreau
  • Meilleur montage image à Hélène Girard
  • Meilleur film
  • Meilleur son

    Gagnant pour la meilleure musique à Michel Donato et James Gelfand

Le réalisateur

    Robert Favreau est scénariste et réalisateur, tant pour le petit que pour le grand écran, ROBERT FAVREAU impressionne par la qualité des ses productions. Côté fiction, son film coup de poing Un dimanche à Kigali, sorti sur grand écran en 2006, faisait suite à des œuvres marquantes dont Les muses orphelines (2000), L'ombre de l'épervier I et II (1998 et 2000) et Portion d'éternité (1989) pour lesquelles il a remporté plusieurs prix, notamment le prix Stella Artois pour le meilleur film canadien (Portion d'éternité). Côté documentaire, soulignons, entre autres, Pied de biche (2005) et Le soleil a pas d'chance (1975) qui fit l'objet d'une critique unanimement élogieuse et obtint un record de cotes d'écoute sur les ondes de Radio-Québec.
    Passionné par son travail, il a toujours partagé ses connaissances tant comme chargé de cours (UQUAM - INIS) que comme coach dans le cadre d'ateliers intensifs de Jeu à la caméra pour les comédiens.

    ©Yannick Mac Donald

    Michel Marc Bouchard et le réalisateur Robert Favreau.
La critique
    Un film magnifique, exceptionnel! Stéphane Bureau, Téléjournal/Le Point. Radio-Canada, novembre 2000

    A la fin au moment de la vérité et de la séparation, Les Muses orphelines restent tout aussi boulversantes à l'écran que sur la scène! Luc Boulanger, VOIR, novembre 2000

    Favreau est parvenu à faire raisonner la profonde émotion contenu dans le texte de Bouchard. C'est déjà beaucoup.... Fanny Mallette est une véritable révélation!Marc-André Lussier, LA PRESSE, novembre 2000

    "Ces Muses orphelines constitue la plus agréable surprise de l'automne au cinéma québécois. On peut d'ores et déjà prévoir qu'il sera l'un des favoris à la prochaine cérémonie des Jutra. On a adoré et ce serait un régal de le voir à nouveau." Normand Provencher, LE SOLEIL, novembre 2000

    "A voir aussi pour les percutants dialogues démontrant à quel point le cinéma tire parfois profit de se nourir du théâtre!", Odile Tremblay, LE DEVOIR, décembre 2000

    Lire la critique du VARIETY


Fanny Malette (Isabelle), Marina Orsini (Catherine), ...
Extrait commenté par le réalisateur Robert Favreau. LES ...