Premières pièces - Matane 1977-1979

Création : 1977-79

Les pièces Mortadelle, Angélus et Dans les bras de Morphée Tanguay ne sont pas publiées, pas traduites et pas disponibles. Mortadelle, Angelus and In Morpheus Tanguay's arms are not published, not translated and not available.

...
« Un langage qui devenait une pure magie à mesure que la pièce avançait, opposant le classique au joual et les apparences dépouillés de fin du monde du théâtre de l'absurde à l'abondance des fastes de Broadway... Angélus passera à l'histoire du Printemps des cegeps comme l'apothéose du théâtre...
Bruno Dostie,
MAGAZINE CEGEP EN PROPOS,
avril 1978 »
...
    Le Théâtre de la Séance

    De 1977 à 1980, Michel Marc a séjourné à Matane en Gaspésie où il a fait ses études en tourisme au Cegep de l'endroit. Parallèment à sa formation collégiale, il a créé avec de nombreux amis, la Théâtre de la Séance.

    Auteur, metteur en scène et comédien, ces quatres années à ne vivre que pour créer de nouvelles oeuvres ont été déterminantes et fondatrices.



    Michel (Marc) Bouchard (Posséidon). Théâtre de la Séance, Cegep de Matane, 1977.

    Porté par l'estime et la confiance que lui ont procuré l'acceuil de ses projets, Mortadelle, Angélus et Dans les bras de Morphée Tanguay, par ses amis, le public et la critique, récompensé par l'obtention de la Bourse du Prêt d'Honneur de la Société Saint-Jean Baptiste, ovationés aux Printemps des Cegeps de 1978 et 1979, il décide, tout comme Marie-Thérèse Fortin qui fait partie de la troupe, de suivre sa vocation profonde, le théâtre.



    Johanne Bélanger (Athéna), Andrée Poirier (Héra) et Chantal Dyotte (Artémis). Théâtre de la Séance, Cegep de Matane, 1977.


    Léonce La Chance, Chantal Dyotte, Justin Drainville Carol Michaud et l'exceptionnel Marcel Bélanger, l'animateur socioculturel du Cegep, marqueront ce passage détermninant par leur support et leur affection.

    MORTADELLE

    Synopsis

    Première tranche
    Les dieux grecs confrontent leur immortalité et décide de voyager dans le futur pour lutter contre leur disparition.

    Deuxieme tranche
    Élisabeth R, reine d'Angleterre et la mort de Marie Stuart

    Troisième tranche
    Nouvelle-France et la cohabitation avec la mort.

    Quatrième tranche
    L'ère moderne avec ses vedettes immortelles et les nouveaux dieux du capitalisme.



    Au centre, Justin Rainville (Hermes) et à sa droite, Marc Paquette (Apollon). Théâtre de la Séance, Cegep de Matane, 1977.

    Mot de l’auteur


    Avis du Frabricant
    La mortadelle est un mélange de plusieurs ingrédients, plus ou moins connus du consommateurs. Tout comme cette viande morte, cette viande des gens simples, "Mortadelle" se veut un théâtre où l'amour, la haine, le mystère, le sexe, la religion, l'histoire, la politique et l'argent forme un alliage pour affronter la mort.
    La comédie masque la mort!
    La drame dévoile la mort!
    La parodie interprète la mort!

    Cette pièce fut entièrement écrite de nuit, là ou la mort revêt un cachet particulier, pour un auteur-amateur dont l'enfance fut marquée par ce phénomène.

    Ce plat de mortadelle vous est servi en 4 tranches farcies de plusieurs genres de théâtrem décoré de musique, de chants et de danses.

    Nous vous souhaitons donc bon appétit.




    Andrée Poirier (Héra), Daniel Bolduc (Zeus) et Michel (Marc) Bouchard (Posséidon). Théâtre de la Séance, Cegep de Matane, 1977.


    La Critique


    "...De l'avis de tous ceux qui ont assisté à l'avant-première, c'est la meilleure pièce à avoir été montée par les étudiants d'un Cegep, de mémoire de spectateur!" M.C., LA VOIX GASPESIENNE, Avril 1977

    "... La pièce de Bouchard a obtenu un succès retentissant à Matane. On remarquera la qualité technique des décors, maquillages et éclairages, l'excellence de l'interprétation et l'originalité de plusieurs passages du texte..." Marcel Bélanger, LA CRIÉE, Matane, mai 1977

    ANGELUS

    Synopsis

    La cinquième trompette de l'Apocalyspe ayant sonné la fin du monde, la terre, après quatre mille ans d'une lamentable solitude, devient le refuge de naufragés angéliques.

    Avec le temps et la mémoire, Tempo et Mémo, les anges tombés de l'angosphère, parviennent à vider des entrailles de la planète, un peuple qui y demeure refoulé; les Lorgnes.

    Carol Michaud (Tempo) et Chantal Dyotte (Mémo).
    Angélus, Théâtre de la Séance, Matane, printemps 1978.


    Une survivante de l'Apocalyspe, Râle, seule authentique image de l'humanité disparue, possède et asservile les Lorgnes et interdit toutes manifestations d'amour.

    Ce conte tissé à même des passages bibliques, des scènes du quotidien et des élans surréels se veut une satire sur les codifications des sentiments dictées par les deux pires fléaux de nos sociétés; les rouages de l'argent et ceux des religions.

    Oneil Saint-Pierre (Dutor ou La machine de défense) et Marie-Thérèse Fortin, (Solfte ou La machine sexuelle) Angélus, Théâtre de la Séance, Matane, printemps 1978.


    La critique

    "...Un langage qui devenait une pure magie à mesure que la pièce avançait, opposant le classique au joual et les apparences dépouillés de fin du monde du théâtre de l'absurde à l'abondance des fastes de Broadway... Angélus passera à l'histoire du Printemps des cegeps comme l'apothéose du théâtre..."
    Bruno Dostie,MAGAZINE CEGEP EN ROPOS, avril 1978

    "...Il me semble aussi que cette pièce en fut de celles qui nous entrent dans le corps et dans l'esprit et dont l'effet, la propulsion, le charme, l'ennivrememnt, le mystère se propagent en nous pendant très longtemps. Ainsi ce tableau où tous les personnages simulent un grand orchestre symphonique... Comment raconter un tel voyage en dedans de nous-mêmes, pour les sens et pour l'esprit.." Line Arsenault, LA VOIX GASPÉSIENNE, mars 1978

    "... Le succès qu'a connu Angélus a depassé les espérances... Quand Michel, entre deux bières, entreprend de vous expliquer en trois mots avant la première ce que sera Angélus alors qu'il n'a pas fini de l'écrire, c'est à n'y rien comprendre. Et le soir de l'avant-première j'ai compris... Maintenant je pourrai dire à la danseuse de Ville-Degelis, pourquoi j'écoutais Bouchard au lieu de la regarder.", Reynald Côté, LA CRIÉE, Matane, mars 1978

    "... Un dramaturge nous est né? Du moins le croyons! Pauline Cadieux, LA VOIX GASPÉSIENNE, mars 1978

    "... Techniquement la pièce est pleine d'innovations: elle n'est pas centrée sur une seule action mais nous présente une situation en déroulement. Dans la pièce chaque membre du choeur devient un personnage, un aspect de vie, une de nos facettes... Le symbole y est beaucoup utilisé et sert à nous détendre , de voit notre père Noé faire une danse de parapluies à la Fred Astaire... On parlera de Bouchard, la télévision et les grandes scènes le verront produire ses textes: il sera trop tard pour ne pas l'avoir vu faire ses premières armes à Matane!" Louis Pelletier, LA VOIX GASPÉSIENNE, mars 1978



    Michel (Marc) Bouchard (Noé et la pluie). Angélus, Théâtre de la Séance, Matane, printemps 1978.


    DANS LES BRAS DE MORPHÉE TANGUAY

    Synopsis

    Une réflexion générale sur plusieurs points de l'éducation des enfants. L'action passe du monde prosaïque de la maison familiale où nous voyons Morphée grandir, au monde complètement fantaisiste de l'intérieur de son cerveau où s'animent les composantes morales et chimiques de sa conscience. Au dernier acte, alors que Morphée s'est jetée sous une voiture, nous assistons à la rencontre des deux mondes alors qu'elle est dans le coma.

    ACTE 1
    Jadis, il y avait un enfant qui vivait dans une cellule familiale

    ACTE 2
    Jadis, il y avait des cellules qui vivaient dans un enfant social

    ACTE 3
    Maintenant, il y a des enfants qui vivent dans des cellules...



    Caroline Lapierre (Morphée jeune), Chantale Dyotte (Morphée adulte) et Justin Rainville (Nereide, le parasite du cerveau).

    Extrait


    Les Cellules répondent toutes au téléphone

    LES CELLULES em choeur
    Bonjour, ici l'Aide aux parents en voie de développement, que puissons-nous faire pour vous?

    VERME
    Oui, j'écoute.

    KARMERNAVICK
    Bonjour, ici l'Amer. Lorsque je me suis marié, je voulais avoir un certain standing. J'étais femme au foyer. J'avais mon petit décor, mon petit poêle, mon petit frigidaire, mon petit garçon, mon petit lave-vaisselle... Lorsque j'ai repeind la maison, j'ai repeind mon petit garçon.

    Renée Gagné (Innée ou le bagage héréditaire), Renée Côté (Karmenavick ou la révolution), Donald Aspirot (Julius ou la franchise), Marie-Josée Fradette (Morphose ou la gamette femelle), Martin Fortin (Morphose ou la gamette mâle) et en bas, Marius Allen (Largo ou la frustration). Dans les bras de Morphée Tanguay. Théâtre de la Séance, Cegep de Matane, 1979.


    ANNIVE
    Ici la Mère-cenaire! Je tenais tellement à ce que ma fille soit à mon image, qu'elle ait ma démarche, mon allure, ma façon de parler. Elle m'a tellement ressembler qu'elle m'a mise cocue avec son père.

    INNÉE
    Ici la Mère-Cure. Mon mari et moi souhaitions telleement avoir une fille, nous nous étions tellement préparé à cela... Nous avons eu un garçon. Tout s'est bien passé jusqu'à ce que Roger épouse Clément.

    VERME
    Ne quittez pas.

    JALIUS
    Bonjour, je suis le Père-sécuté. Nous avons tout donné à notre enfant, nous voulions en faire un être mature. Il décidait de tout dans la maison et un soir, alors qu'il m'avait souvent averti de ne pas rentrer tard, il m'a mis à la porte.

    MORPHOSE
    Bonjour, ici la Mère-Veilleuse. Nous avons eu des jeumelles. Nous avions tellement peur pour elles. Nous les sentions toujours en danger, peur qu'elles se blessent. Nous avions tout recouvert de caoutchou; les bureaux, les chaises, les murs, leurs jouets. Elles sont mortes. Allergie au caoutchou.

    Extrait du mot de l’auteur

    Conte pour dormir
    Morphée Tanguay s,est endormie le jour même de sa naissance sous les draps parentaux, les couvertures scolaires, le couvre-lit social et les oreillers éccliastiques.

    L'univers de Morphée, c'est un grand lit où nous y avons tous notre place, parfois au chaud, parfois au froid.

    Nous sommes tous appelés à y dormir, nous sommes tous appelés à le border, victimes et accusés, nous sommes.

    Lorsqu'on ne réussit plus au lit, on dort.

    On compte les moutons pour dormir
    On compte son pognon pour dormir
    On boit son lait pour dormir
    On boit sa paye pour dormir
    On regarde son manège pour dormir
    On n'ose plus regarder le manège pour dormir...


    Caroline Lapierre (Morphée jeune)
    Dans les bras de Morphée Tanguay.
    . Théâtre de la Séance, Cegep de Matane, 1979.


    Critique

    "... Du théâtre rude et prenant. Dur à prendre, prenant dans sa dureté. Comme dans le vie des fois, quand on se met à crier et que le cri, lui, date de très longtemps avant.... Une pièce élan pour une nouvelle race de monde???"
    Line Arsenault, La voix Gaspésienne, mai 1979

    "Une longue et enthousiasme ovation debout au Collège de Saint-Jérôme est venue saluer la présentation de la pièce de Bouchard nécessitant trois levées de rideaux pour assouvir toute la gratitude du public... Le lendemain, on entendait dire partout: "Morphée, c'est la meilleure!" Bruno Dostie, CEGEP PROPOS, mai 1979










Programme de la pièce Angelus
/i> de Michel (Marc) ...
Toute la distribution et l'équipe de Angelus au Théâtre ...